Full text: Ça ira (18 = 1922, mai)

144 
Poème sur 3 Plans 
Le 1 \2 jour vient de fuir aile d’or sombre 
La servante a fermé les fenêtres sur l’ombre 
(le soleil tombé n’est plus qu’un souvenir) 
La pendule tictaque (rythme à 2 temps) langage de mystère 
entre les chandeliers aux reflets argentés. 
(Au dehors le ciel meut ses signes planétaires) 
cadran d’éternité 
Chant du grillon dans la cendre... 
Le chat près des tisons 
regarde la clarté de la lampe descendre 
sur le parquet ciré de la maison. 
Lys \ 
pavots V se fanent dans l’alcôve 
dahlias ) 
Le vent à travers l’huis 
apporte des marais la senteur verte et fauve 
des prèles et des orchis. 
Tu délaisses ton piano La lampe (en son halo) 
et le jeu des tapisseries berce le flot 
des rêveries 
Mieux que la musique ce soir 
le songe envoûte ta pensée 
et tu te complais à revoir 
dans ton jardin intérieur les doubles roses effeuillées 
Regrets 
qu’un charme obscur nuance (Les plats d'étain sur la crédence 
(1 par 1, 2 à la fois c’est trop) brillent très doux dans le silence) 
température moyenne Et ton cœur chante sur un air 
de 15 au-dessus de O mélancolique et tendre à l’âme 
comme un vieil air 
de bonne femme 
aussi vieu? que léchant du soir et de la mer
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.