le réjet de l’humanité. 
Au temps où, sans prévention, je m’abbandonnais imprudement aux enlacements 
de cette luxure populacière — hélas, trop peu d’années me séparent de cet âge 
tristissime! — j’éprouvais infailliblement des réactions pénibles. Le remords 
m’accablaient — et je n’avais même pas couché avec Aspasie! — Je m’en voulais, 
je me sentais coupable, je fléchissais sous le poids de mon pêché. Le rictus de 
la bestialité libidineuse éffacé de mon visage, je m’abîmais dans la tristesse, je 
courbais la tête et pliais les reins, comme la brute qui vient de jouir. 
Post coïtum animal triste est! 
ALBERTO SAVINIO 
CHANSON DU CACADOU 
de la tribu Aranda extrait du volume de poèmes nègres traduits par Tr Tzara 
(en préparation) 
ici pointes de branches certainement 
ici des grains mélées à la balle certainement 
sur la place creusée les poser 
des amas des amas y poser 
beaucoup d’amas poser 
des amas des amas poser 
des amas des amas poser 
de grands amas poser 
profonds amas poser 
grands amas poser 
sur un amas verser 
des noyaux germes des noyaux germés 
des noyaux germés couchés brunir 
des noyaux germés couchés brunir 
des noyaux germés veulent frotter 
des noyaux germés veulent lécher 
ronde celle sur les collines de sable 
ronde celle sur le sable 
des cosses sont là 
avec des cicatrices fouetées il y a beaucoup qui dorment là 
dans les gousses sont là rangées 
avec des cicatrices piquées couchées en orde en file 
„mords, vraiment, oo blanc cacadou
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.