Assis sur l’horizon 
Las autres vont chanter 
Et nous nous avons regardé 
La voiture en passant souleva 
la poussière 
Et tout ce qui traînait retomba 
par derrière 
Mon œii suivant ainsi la ligne des ornières 
il s’étirait sans en souffrir 
Ton regard le faisait rougir 
Et cette voix qui pleure 
Sans soulever un souvenir 
Est devenue meilleure 
ü n’y a plus rien que ton regard 
Et devant toi tous ceux qui t’offensèrent 
H. Arp. 
Arthur SEGAL. 
Avant l’heure 
Elle est allumée 
On ne voit plus qu’elle 
Et le cœur triangulaire 
qui brille au soleil 
Une matinée 
Une aube nouvelle 
Mais la journée amère 
qui reste pareille 
Q. 
w 
c 
Q. 
£ 
£ 
c, 
Oj 
■s? *» 
■>§ 05 
C -5 
<U U. 
§ Q <o 
V £ 
a 
/ 
S/ 
S? 
*> 
* 
df 
c 
* 
A-ft, 
Salué en passant quelques yeux inconnus 
Où passe le regard que chacun emporte 
Et le nom que l’on a cloué 
Sur chacune des deux portes 
J’ai crié en frappant 
On ne répondait pas 
J’ai pleuré en partant 
Sans qu’aucun ne me voie 
Et toute la tristesse est restée enfermée 
Attendant le soleil qui ouvre les fenêtres 
Et les desseins obscurs qui roulent dans ma tête 
Pierre Reverdy 
revue littéraire paraît une fois par mois abonnements 10 Fr. 
dirigée par P. Reverdy Paris (XVIII), 12 rue Cortot
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.