Full text: Anthologie Dada (4/5)

Janvier : Exposition au Kansthaus (Zurich) de : Arp, 
Baumann, Giacometti Janco, Picabia, Bailly, Lüthy, 
Morach, etc. Nombril astral, pince-nez des nuages. 
Amoroso. Conférences de Flake, Tzara, Janco. 
Février: Exposition ArthurSegal (Wolfsberg, Zurich) 
Mars : Exposition Viking Eggeling „ „ 
Avril: Exposition Alice Bailly (Kunsthaus, Zurich). 
Les fourrures du cubisme, une fantaisie se décidant 
de se transformer se vaporise en 1000 petits che 
vaux, des talons pleins de talent, neige à brise- 
brise, paysage en écaille blanche, liberté liberté et 
la liberté de la liberté, nous attendons encore le 
détrônement du Lord Byron, et l’autre liberté, celle 
du sans-thème du sans sujet, qui feraient avec la 
joie des couleurs et les vagues de broderie : 50 HP 
— Acide Alcide acétylène d’Alcibiade. 
31 Mars : Mary Wigman — danses (Pfauentheater) 
Chabotte dans le salon fleuve de paille et la grande 
boule de sang roule, maboul, la foule dans la fiole 
qui file dans le coul — 
oir espoir, voir cette dame dans les vents balan 
çoires. Avec exactitude, ici, les oiseaux se saoûlent. 
9 Avril: 8ème soirée Dada (Kaufleuten, Zurich). 
Date à retenir, car on apprit que la vérité ne plait 
pas aux spectateurs. La salle était pleine (1000 
personnes) et le tumulte commença au manifeste 
du Dr. Serner, se transforma en psychose qui ex 
plique guerres et épidémies. D’autant plus coura 
geux l’acte de Augusto Giacometti et Alice Bailly 
qui apportèrent à Tzara après le poème simultané 
à 20 voix, un hommage de 7 mètres de longueur 
„VIVE DADA“. Eggeling parla sur „L’art Abstrait“, 
Richter „Pour sans et contre Dada“ Arp et Huelsen- 
beck lurent des poèmes, Tzara fut empêché de lire 
les siens; à la place reservée aux poèmes de Serner, 
celui-ci se contenta de déposer un bouquet de fleurs 
aux pieds d’un mannequin planté sur la scène. 
Les masques des auteurs étaient de Arp. La danse 
„Noir cacadou“ (5 personnes) avec Mlle Wulff, fut 
le rythme nouveau des fourneaux dans un marécage. 
Mme Suzanne Perrottet interpréta la musique nou 
velle; — mais Zurich n’a pas encore vécu une im 
pression si forte, la vitalité de la salle bondit des 
frontières de la famille et de la convention; mise à 
nu devant sa conscience, le désespoir de devoir 
rejetter ce qu’elle a appris à l’école la fit fouiller 
les poches pour jeter sur la scène ce qu’elle y trou 
vait, et la misérable doublure âme. 
tzara 
LES LIVRES 
Vient de paraître: 
Guillaume Apollinaire. 
Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée — illustré 
par Raoul Dufy — Edition de la Sirène 
_ . _ (Réédition) 
— Sourires — Guillaume Apollinaire lit assis 
et parle — Il n’est pas mort: 
Incertitude, ô mes délices 
Vous et moi nous nous en allons 
Comme s’en vont les écrevisses 
A reculons, à reculons 
Divertissement du poète 
Nos délices 
Ph. Soupault 
Jean Cocteau : 
Le Cap de Bonne espérance. 
Editions de la Sirène (1919) — 
Biaise Cendrars: Les aventures de mes 
7 oncles. (Ed. Sirène) 
Prochainement : 
André Breton: Mont de piété (Paris) 
Tr. Tzara: le titre n’est pas encore fixé 
(Paris) 
Fr. Picabia: le titre n’est pas encore drotivé 
(Gstaad) 
W. C. Arensberg: Caca and the Calculation 
of to be (New-York) 
Edg. Varèse : Le Robinet Froid (New-York) 
JoaquimoFolguera: Les tendances modernes 
(Barcelona) 
Jon Vinea: Papusa din sicriu (Bucarest) 
Viking Eggeling: Base de l’art (Stokholm) 
Dr. W. Serner: Le hyperdadaïsme attention 
aux pick-pockets (Rapperswyl) 
H. Arp: L’ ancre de neige (Collection Gaga) 
CALENDRIE 
11 
vent pour l’escargot il vend des plumes d’autruches 
vend des sensations d'avalanche 
l’auto-flagellation travaille sous mer 
et des deserts évanouis en plein air à décoration vases 
la roue de transmission apporte une femme trop grasse 
champs de parchemin troués par les pastilles 
qui a compris Futilité des évantails pour intestins 
légère circulation d'argent dans les veines de l'horloge 
présente la précision du désir de partir 
12 
picotements dans la gorge de petits lettres en flamme 
quelques gouttes de lumière échec dans le miroir suffisent 
et le meilleur cinéma est le miroir du diaphragme 
télégramme d’arrivée de chaque degré de froid sec 
télégraphie-moi la densité de l’amour 
pour remplir la chanson du rebec d’encre de chine 
14 
signe de croix et salut fonction gymnastique mémoire 
se dégage automate respiratoire inévitable politesse 
l’heure avance dans l’os et marque des traces de silence 
pensement soigné des machines défectueuses casernes mâchoires 
sel acier plâtre tabac antracite menthe 
m’ont prouvé les nouveaux règlements du cœur abstrait 
fiacre fiévreux et 4 craquements âcres et macabres dans la baraque 
„sous les ponts de paris“ 
TRISTAN TZARA
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.