— 12 — 
L’AGE DE L’HUMANITÉ 
(Ouverture) 
I 
Parti en guerre 
Au cœur de l'été, 
Vainqueur au déclin de l'automne 
Titubant d'avoir culbuté des tonnes 
Et des tonnes 
D'explosifs sur le vieil univers patiemment saboté, 
Tu vas avoir quarante ans, 
Tu as fait la guerre, 
Tu n'es plus l'homme de naguère 
Et tu ne seras jamais l'homme que fui à cet âge ton père. 
Tu as avec ion couteau de tranchée, 
Une nuit molle d'ombres 
Quand le ciel n'était que le vomissement fuligineux de la 
terre 
Se consumant, 
Trébuchant à genoux parmi les betteraves 1 hachées, 
Langues pourries, 
Les dépouilles et les décombres, 
Les mots de la journée et les reliefs du dernier festin avant 
la tuerie,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.