NOTE 
Les années 1870 et 1871, semblables à celles que nous 
venons de vivre, ont vu instruire les deux grands procès inten 
tés par l’homme jeune au vieil art. On trouve les éléments de 
l’un d’eux dans une lettre de Rimbaud datée du 15 mai 1871 
et publiée dans la Nouvelle Revue Française le 1 er juin 1912- 
Restent les introuvables « Poésies » d’Isidore Ducasse, ouvrage 
dont ne semble exister que l’exemplaire de la Bibliothè- 
que Nationale sur lequel, Léon-Paul Fargue et Valéry Lar- 
baud se sont documentés. Littérature, dans ses numéros 2 
et 3, les reproduit, aussi pour couper court aux insinuations 
de ceux qui, ne redoutant pas une solution trop simple, 
classent le comte de Lautréamont parmi les fous. Si, comme 
le demande Ducasse, la critique attaquait la forme avant le 
fond des idées, nous saurions que dans les « Poésies », bien 
autre chose que le romantisme est en jeu. A mon sens, il y 
va de toute la question du langage, Ducasse se montrant 
d’autant plus apte à relever le tort que lui font les mots (« Je 
vous demande un peu, beaucoup ! ») et les figures (faire le vide 
sans machine pneumatique) qu’il possède à fond la science 
des effets (« Allez, la musique. »). En conscience, le besoin de 
prouver constamment par l’absurde ne peut être pris pour 
un signe de déraison. Voilà assez longtemps que Eaudelaire 
a revendiqué le droit de se contredire : j’admets que les 
Poésies d’Isidore Ducasse suivent et réfutent les Chants de 
Maldoror. J’ajoute qu’elles ne leur sont en rien comparables, 
donc point inférieures, puisque les deux fascicules imprimés 
n’en constituent que la préface, ne peuvent passer que pour 
un Art Poétique et que le recueil demeure jusqu’à ce jour 
inconnu. 
ANDRÉ BRETON.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.