— 14 — 
des couronnes pour la jeunesse, des croyances à l'immor 
talité pour les vieillards. 
J'ai vu les hommes lasser les moralistes à découvrir 
leur cœur, faire répandre sur eux la bénédiction d'en haut. 
Ils émettaient des méditations aussi vastes que possible, 
réjouissaient l'auteur de nos félicités. Ils respectaient l'en 
fance, la vieillesse, ce qui respire comme ce qui ne respire 
pas, rendaient hommage à la femme, consacraient à la 
pudeur les parties que le corps se réserve de nommer. Le 
firmament, dont j'admets la beauté, la terre, image de mon 
cœur, furent invoqués par moi, afin de me désigner un 
homme qui ne se crût pas bon. Le spectacle de ce monstre, 
s'il eût été réalisé, ne m'aurait pas fait mourir d'étonne 
ment : on meurt à plus. Tout cec'i se passe de commen 
taires. 
La raison, le, sentiment se conseillent, se suppléent. Qui 
conque ne connaît qu'un des deux, en renonçant à l'autre, 
se prive de la totalité des secours qui nous ont été accordés 
pour nous conduire. Vauvenargues a dit « se prive^d'une 
puntie des secours. » 
Quoique sa phrase, la mienne reposent sur les person 
nifications de l'âme dans le sentiment, la raison, celle que 
je choisirais au hasard ne serait pas meilleure que l'autre, 
si je les avais faites. L'une ne) peut pas être rejetée par moi. 
L'autre a pu être acceptée de Vauvenargues. 
Lorsqu'un prédécesseur emploie au bien un mot qui 
appartient au mal, il est dangereux que sa phrase subsiste 
à côté de l'autre. Il vaut mieux laisser au mot la significa 
tion du mal. Pour employer au bien un mot qui appartient 
au mal, il faut en avoir le droit. Celui qui emploie au mal 
les mots qui appartiennent au bien ne le possède pas. Il 
n'est, pas cru. Personne ne voudrait se servir de la cravate 
de Gérard de Nerval. 
L'âme étant, une, l'on peut introduire dans le discours 
la sensibilité, l'intelligence, la volonté, la raison, l'imagina 
tion, la mémoire. 
J'avais passé beaucoup de temps dans l'étude des scien 
ces abstraites. Le peu de gens arec qui on communique 
n'était pas fait pour m'en dégoûter. Quand j'ai commencé 
l'étude de l'homme, j'ai vu que ces sciences lui sont pro 
pres, que je sortais moins de ma condition en y pénétrant 
que les autres en les ignorant. Je leur ai pardonné de ne 
s'y point appliquer ! Je' ne crus pas trouver beaucoup de
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.