— 16 — 
Pour un même esprit, un précepte est une action plus 
intelligente qu'une tragédie. 
Mettez une plume d'oie dans la main d'un moraliste 
qui soit écrivain de premier ordre. Il sera supérieur aux 
poètes. 
L'amour de la justice n'est en la plupart des cas que 
le courage de souffrir l'injustice. 
Cache-toi, guerre. 
Les sentiments expriment le bonheur, font sourire. L'a 
nalyse des sentiments exprime le bonheur, toute person 
nalité nuise à part ; fait sourire. Les premiers élèvent l'âme, 
dépendamment de l'espace, de la durée, jusqu'à la concep 
tion de l'humanité, considérée dans son expression la plus 
haute, la volonté ! Les premiers s'occupent des vices, des 
vertus ; la dernière ne s'occupe que des vertus. Les senti 
ments ne connaissent pas l'ordre de leur marche. L'analyse 
des sentiments apprend à le faire 'connaître, augmente la 
vigueur des sentiments. Avec les premiers, tout est incerti 
tude. Ils sont l'expression du bonheur, du malheur, deux 
extrêmes. Avec la dernière, tout çst certitude. Elle est l'ex 
pression de ce bonheur qui résulte, à un moment donné, 
de savoir se retenir, au milieu des passions bonnes ou 
mauvaises. Elle emploie son calme à fondre la description 
de ces passions dans un principe qui circule à travers les 
pages : la non-existence du mal. Les sentiments pleurent 
quand il le leur faut, comme quand il ne le leur faut pas. 
L'analyse des sentiments ne pleure pas. Elle possède une 
sensibilité latente, qui prend au dépourvu, emporte au-des 
sus des misères, apprend à se passer de guide, fournit une 
arme de combat. Les sentiments, marque de la faiblesse, 
ne sont pas le sentiment/ ! L'analyse du sentiment, marque 
de la force, engendre les sentiments les plus magnifiques 
que je connaisse. L'écrivain qu)i set laisse tromper par hes 
sentiments ne doit pas être mis en ligne de compte avec 
l'écrivain qui ne se laisse tromper ni par les sentiments, ni 
par lui-même. La jeunesse s& propose des élucubrations 
sentimentales. L'âge mûr commence à raisonner sans trou 
ble. Il ne faisait que sentir, il pense. Il laissait vagabonder 
ses sensations : voici qu'il leur donne un pilote. Si je con 
sidère l'humanité comme une femme, je ne développerai pas 
que sa jeunesse est à son déclin, que son âge mûr s'appro 
che. Son esprit change dans le sens dib mieux. L'idéal de 
sa poésie changera. Les tragédies, les poèmes, les élégies
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.