— 24 — 
nous trouvons que c'est un vice dans l'homme. Il est obligé 
d'y obéir. Ne pouvant subsister dans le repos, nous con 
cluons qu'il est à sa place. 
On sait ce que sorit le soleil, les deux. Nous avons le 
secret de leurs mouvements. Dans la main d'Elohim, ins 
trument aveugle, ressort insensible, le monde attire nos 
hommages. Les révolutions des empires, les faces des temps, 
les nations, ics conquérants de la science, cela vient d'un 
atome qui rampe, ne dure qu'un jour, détruit le spectacle 
de l'univers dans tous les âges. 
Il y a plus de vérité que d'erreurs, pltu? de bonnes qua 
lités que de mauvaises, plus de plaisirs que de peines. Nous 
aimons à contrôler le caractère. Nous nous élevons au- 
dessus de notre espece. Nous nous enrichissons de la con 
sidération dont nous la comblâmes. Nous croyons ne pus 
pouvoir séparer notre intérêt de celui de l'humanité, ne pus 
médire du genre sans nous commettre nous-mêmes. Celte 
vanité ridicule a rempli les livres d'hymnes en faveur de 
la nature. L'homme est en disgrâce chez ceux qui pensent. 
C'est à qui le chargera de moins de vices. Quand ne fut-il 
pas sur le point de se relever, de se faire restituer ses 
vertus ? 
Rien n'est dit. L'on vient trop tôt depuis près de sept 
mille ans qu'il y a des hommes. Sur ce qui concerne les 
moeurs, comme sur tout le reste, le moins bon est enlevé. 
Nous avons l'avantage de travailler après les anciens, les 
habiles d'entre les modernes. 
Nous sommes susceptibles d'amitié, de justice, de com 
passion, de raison. U mes amis ! qu'est-ce donc que l'ab 
sence de vertu ? 
Tant que mes amis ne mourront pas, fe ne parlerai 
pas de la mort. 
Nous sommes consternés de nos rechutes, de voir que 
nos malheurs ont pu nous corriger de nos défauts. 
On ne peut juger de la beauté de la mort que par celle 
de la Vie. 
Les trois points terminâtes me font hausser les épaules 
de pitié. A-t-on beson de cela pour prouver que Ton est 
un homme d'esprit, c'est-à-dire un imbécile ? Comme si la 
clarté ne valait pas le vague, à propos de points !
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.