Sur la Teuille de garde du petit carnet relié de 
carton-cuir où renfermés, manuscrits, les vers que 
Mallarmé venant à Paris, jadis montra à Mendès, 
i864, on lit, écrite au crayon postérieurement de 
la main de l’Auteur, l’annotation : « Vers publiés 
dans le Parnasse de 1866 — sans les correetions — 
(Trois poèmes n'ont pas été publiés : Le Guignon, 
Le Pitre Châtié, le Château de l’Espérance, qui 
font partie de l’Œuvre Enfantine.) » 
Plus tard, Mallarmé a fait sortir de la sobrement 
et bellement nommée Œuvre Enfantine le Gui- 
(jnon et le Pitre Châtié ; — il nous a paru normal 
d’agir de même envers le Château de l’Espérance, 
leur contemporain. 
La PiÉDACTION.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.