/ 
— 17 — 
CRITIQUE SYNTHÉTIQUE 
(Exposition Henri-Miat'isse) 
Au point droit du chemin 
Au carrefour de la forêt 
par le détour 
On prend la tête 
entre les deux lignes 
qui fuient 
Sous les arbres gonflés de lumière 
et de bruit 
VERS LE SOLEIL 
ig ^ . 
C’est l’eau qui jaillit du pied de cristal 
Où la statue vivante 
se balance 
L’Avenue prend une nouvelle direction 
Les pieds de tous les promeneurs s’alignent 
Et un regard passe 
fauchant jusqu’aux basses façades des 
maisons 
Ce n’est pas le vent qui agite le rideau
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.