ANDRE LHOTE 
Mille petites lignes qu’il ne rassembla point au bon mo 
ment réservent à André Lhôte le souci de fuir dans mille 
directions. La toile qu’il découvre par un travail opiniâtre 
ne lui montre pas son image. Il n’a plus que son ombre, 
chère ombre variable. 11 est perdu. 
De grands espaces clairs. Des nudités percées, trouées, 
forcées, des châteaux de sable invisible et les rubans que 
nos ménagères achètent un prix fou. De grands espaces 
clairs et vides. 
En fermant les yeux, je vois le plus réel des crépuscules, 
agissant de partout. Il restera bien cette lune mince ou 
cette plus grosse part de la lune mais, dans la bouche, 
soudain, j’ai l’extrême mauvais goût d’une pensée qui me 
vient de tirelire. 
LE NOUVEAU SPECTATEUR (1) 
Le règne de l’intelligence, le règne de la bêtise, le règne 
du spectateur. J’aime l’intelligence, tu aimes la bêtise, il 
aime le spectacle. J’affirme que la terre est ronde, tu af 
firmes que je ne sais pas tracer une courbe, il affirme qu’il 
doit tout voir. Savoir. 
Amis du vulgaire, craignez ce nouvel arrivant. Restez 
couverts. Les gens de votre rang n’ont jamais eu besoin 
de maître. Gardez ce sourire intermédiaire. Ne faites pas 
de l’œil mort à ce beau-père impuissant que la vanité sé 
duit et qui est, suivant la forte expression du poète (9) : 
Le meilleur témoignage 
Que nous puissions donner de notre dignité.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.