LES MAINS DE JEANNE-MARIE (•) 
Jeanne-Marie a des mains fortes, 
Mains sombres que l’été tanna, 
Mains pâles comme des mains mortes. 
— Sont-ce des mains de Juana? 
Ont-elles pids les crèmes brunes 
Sur les mares des voluptés ? 
Ont-elles trempé dans des lunes 
Aux étangs de sérénités ? 
Ont-elles bu des deux barbares, 
Calmes sur les genoux charmants ? 
Ont-elles roulé des cigares 
Ou trafiqué des diamants ? 
Sur les pieds ardents des Madones 
Ont-elles fané des fleurs d’or ? 
C’est le sang noir des belladones 
Qui dans leur paume éclate et dort. 
Mains chasseresses des diptères 
Dont bombinent tes bleuisons 
Aurorales, vers les nectaires ? 
Mains décanteuses de poisons ? 
(*) Il a été tiré de ce poème, pour la Collection 
de LITTERATURE, 5oo exemplaires sur papiers de 
luxe, AU SANS PAREIL.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.