— 3 — 
L’éclat de ces mains amoureuses 
Tourne le crâne des brebis ! 
Dans leurs phalanges savoureuses 
Le grand soleil met un rubis ! 
Une tache de populace 
Les brunit comme un sein d’hier. 
Le dos de ces mains est la place 
Qu’en baisa tout Révolté fier ! 
Elles ont pâli, merveilleuses, 
Au grand soleil d’amour chargé 
Sur le bronze des mitrailleuses 
A travers Paris insurgé ! 
Ah! quelquefois, ô Mains sacrées, 
A vos poings, mains où tremblent nos 
Lèvres jamais désenivrées, 
Crie une chaîne aux clairs anneaux ! 
Et c’est un soubresaut étrange 
Dans nos êtres, quand quelquefois 
On veut vous déhâler, mains d’ange, 
En vous faisant saigner les doigts. 
ARTHUR RIMBAUD.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.