6 
A MONSIEUR T. FRAENKEL 
X. 29. 4. 17. 
Cher Ami, 
J’ai été content] de recevoir de vos nonveilles — Et 
puis, tout de même — de vous savoir à l’abri — Je m’en 
nuie beaucoup derrière mon monocle de verre, m’ha 
bille de kh,aki et bat les allemands — La machine à 
décerveler marche à grand bruit, et j’ai non loin, une 
étable à TÀNKiS — un animal bien ubique, mais sans 
joie. 
J’ai écrit à Reverdy pour NORD-SUD — peut-être 
n’est-ce pas une mystification — J’adorerai à ce que 
vous m’envoyasisiez des coupures montrant des dessins, 
et ces sortes de procédés linéaires * — J’ose espérer que 
vous aurez pitié du qui est isolé dans une nation étran 
gère à guerroyer = et puis ce général Pau qui n’est 
pas mort encore — tout de même ! tout de même !... 
En attendant une lettre je vous salue en divers dé 
miurges. 
J. T. H. 
* DESSINS. En marge : ma sœur la putain familière. 
— ma sœur la vache de village. — mon frère le souteneur 
des grandes villes. — mon frère Zozime le Panopolitain. Au 
bas de la première page Le moral des troupes est figuré par 
un animal qui marche à bonne allure, la queue en bataille, 
une pipe allumée à l’anus. Derrière lui l'amoncellement des 
pipes cassées. 
4. 6. 17. 
A MONSIEUR A. R. 
Cher Ami, 
J’eispère, dans un passage prochain — (vers le 15 ou 
20) à Paris, vous y voir — J’ai écrit dans ce sens au 
peuple polonais. Au cas où la poste fallacieuse voudrait 
perdre une lettre — voudrez-vous me répondre si Paris 
vous contiendra un peu vers ce moment là ?
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.