Full text: Lits et ratures (4 (1922), 7)

» 
O mon crâne étoile de nacre qui s’étiole. 
Au pays de Rrose Sélavy on aime les fous et les loups sans foi ni loi. 
Suivrez-vous Rrose Sélavy au pays des nombres décimaux où il n’y 
a décombres ni maux ? 
Rrose Sélavy se demande si la mort des saisons fait tomber un sort 
sur les maisons. 
Passez-moi mon arc berbère, dit le monarque barbare. 
Les planètes tonnantes dans le ciel effrayent les cailles amoureuses 
des plantes étonnantes aux feuilles d’écaille cultivées par Rrose 
Sélavy. 
ê 
Rrose Sélavy connaît bien le marchand du sel. 
Epitaphe : 
Ne tourmentez plus Rrose Sélavy car mon génie est énigme. Caron 
ne le déchiffre pas. 
Perdue sur la mer sans fin Rrose Sélavy mangera-t-elle du fer après 
avoir mangé ses mains ? 
Aragon recueille in-extremis l’âme d’Aramis sur un lit d’estragon. 
André Breton ne s’habille pas en mage pour combattre l’image de 
l’hydre du tonnerre qui brame sur un mode amer. 
% 
Francis Picabia l’ami des castors 
Fut trop franc d’être un jour picador 
A Cassis en ses habits d’or. 
Robert Delaunay : de l’eau naît, gare à l’hameçon, 
Ma peur se reflète sur le verre comme un vapeur sur la mer. 
Définition de l’art par Rrose Sélavy : 
La vache tuberculeuse traite sans pitié jusqu’à perdre par mois la 
moitié d’un pis. 
Rrose Sélavy voudrait bien savoir si l’amour, cette colle à mouches, 
rend plus dures les molles couches.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.