SOMMEIL DE PLOMB 
A Philippe Soupault. 
Le dormeur éveillé regarde la vie avec des yeux de 
petit enfant 
Dormeur quel nuage obscurcit l’azur de ton front 
L’homme secoue une tête plus pesante que Vorage 
Il voudrait jouer aux quatre coins, mais il ne peut 
Il est tout seul 
La balle du soleil en vain s’offre à lui 
En vain les cerceaux des ponts 
En vain 
Henri IV l’invite à chat perche 
Le monde coule à ses pieds et lespassants ont toujours 
le même visage 
Les plus pressés paraissent plus jeunes et les plus 
vieux paressent 
A ta voir on ne croirait pas la ville en carton ni le 
soir 
Faux comme les prunelles des femmes et des amis 
les meilleurs 
Quel danger je cours Immobile contre le parapet de 
l’univers
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.