20 
en déroute. L’univers retentit comme un gong! Puis tout 
est étouffé par la voix formidable du silence. Tout dispa 
raît. Je reprends conscience. Petit à petit la cellule 
s’agrandit. Les murs sont repoussés. L’enceinte recule. Il 
n’y a plus qu’un peu de chair humaine dérisoire qui res 
pire doucement. Je suis comme dans une tête où tout parle 
silencieusement. Mes co-condamnés me retracent leur 
vie, leur détresse et leurs fautes. Je les entends dans leur 
cellule. Ils prient. Ils tremblent. Ils marchent. Ils vont et 
viennent à pas feutrés au fond d’eux-mêmes. Je suis le 
pavillon acoustique de l’univers condensé dans ma 
ruelle. Le bien et le mal font trembler ma prison et la 
souffrance anonyme, ce mouvement perpétuel en dehors 
de toute convention. Je suis tout abasourdi par cette 
langue énorme qui corne à mon oreille, qui m’hébéte et 
qui m’absout. 
« Systole, diastole. 
« Toutpalpite. Maprison s’évanouit. Les murs s’abattent, 
battent des ailes. La 'vie m’enlève dans les airs comme un 
gigantesque vautour. A cette hauteur, la terre s’arrondit 
comme une poitrine. On voit au travers de son écorce 
transparente les veines du sous-sol charrier des pulsations 
rouges. De l’autre côté, les fleuves remontent, bleus, 
comme du sang artériel et où éclosent des milliards et des 
milliards d’êtres. Par au-dessus, comme des poumons 
noirâtres, les mers se gonflent et se dégonflent alternati 
vement. Les deux yeux des glaciers sont tout proches et 
roulent lentement leur prunelle. Yoici la double sphère 
d’un front, l’arête brusque d’un nez, les méplats 
rocailleux des parois perpendiculaires. Je survole le 
mont-dore plus chenu que la tête de Charlemagne et 
j’atterris sur le bord de l’oreille qui s’ouvre comme un 
cratère lunaire. C’est mon aire. Mon territoire de chasse. 
L’entrée est presque obstruée par une protubérance 
énorme qui est un tumulus où je m’embusque ; le tombeau 
de l’Ancêtre. Derrière, il y a un trou, où tout bruit 
extérieur tombe comme un pachiderme dans un piège.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.