Full text: Littérature (2 (1920), 11)

f 
io 
Nos paroles se dissolvent dans le silence du monde. » 
Là-haut vers le pôle les cris d'un homme dérangent 
l'éther. Il appelle. 
Partout des vigies, l’oreille appliquée à la rondeur 
du ciel. 
Des mâts percent l’air, langues de communiants 
tirées vers Dieu. 
Des vergues barrent l’espace, bras de danseuses pour 
engluer les désirs. 
Des câbles assujettissent à la terre qui roule cette 
mâture ébranlée. 
Ce vaisseau sur ses ancres est sans cesse assailli par 
certains souffles. 
P. DRIEU LA ROCHELLE.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.