Full text: Littérature (2 (1920), 11)

devient communicable. Nécessairement il tend à se communi 
quer. L’universel de la pensée qui Yinforme est comme un ressort 
qui pousse à l’infini. Tous les hommes sont appelés à jouir de ce 
que je possède. Nouvelle épreuve des lumières qui président à 
l’imitation, nouvel exercice de la puissance qu’elle suppose. Per 
suader dérive déposséder. Il en est la suite nécessaire ; il procède 
du même attrait. Ceux qui les séparent, qui dépeignent le plaisir 
d’écrire comme indépendant de l’approbation, prennent un trait 
d’orgueil ou de dépit pour l’essence des choses. 
Tel est le goût d’écrire, tel en est le démon. Des deux causes 
que je viens de dire, dans un sens général, on peut nommer la 
première poésie, la seconde aura nom éloquence. L’une donne 
naissance à l’art en soi, la seconde en répand l’effet. 
L. DIAIIER. 
M. ADRIEN VÉLY 
Parce qu’on m’a appris à écrire. 
' " ADRIEN VELY. 
LÉON RIOTOR 
Président honoraire de la Société des Poètes français. 
Est-ce l’origine concrète de cette fonction que vous visez, le 
pourquoi de l’acte matériel, puisque vous jugez inutile l’exposé 
de la tendance ? 
Si oui : j’écris comme je lis, parce qu’enfant de typographe et 
d’imprimeur, dans un milieu saturé de papier imprimé, je fus 
tenté de faire comme tous ces gens qui m’environnaient, d’être 
imprimé comme eux, sur du papier humide, puis dans des jour 
naux et sur un livre. 
J’avais à peine 14 ans quand une poésie signée de mon nom 
parut dans un journal. J’ai continué depuis à écrire et à publier, 
comme on mange ou boit, avec une sorte de satisfaction nouvelle 
à chacune des extériorisations de ma pensée. Et je continuerai sans 
doute jusqu’à la mort. C’est un acte tellement naturel qu’il m’au 
rait semblé anormal de ne pas m’y être soumis. 
LÉON RIOTOR. 
Mme IRÈNE HILLEL-ERLANGER 
Pourquoi j’écris?... pas facile à écrire. 
Disons (s’il vous plaît,) que 
j’écris parce que j’adore la parole et aussi parce que 
j’aime Paris — et les catalogues des grands magasins 
de nouveautés ! 
IRENE HILLEL-ERLANGER.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.