Full text: Littérature (2 (1920), 11)

PAGES DU JOURNAL 
DE LAFCADIO 
(Extraites des « Faux Monnayeurs >) 
— Des opinions, me dit Edouard, lorsque je lui 
montrai ces premières notes. Opinions... Je n’ai que 
faire de leurs opinions, tant que je ne les connais pas 
eux-mêmes. Persuadez-vous, Lafcadio, que les opi 
nions n’existent pas en dehors des individus et n’inté 
ressent le romancier qu’en fonction de ceux qui les 
tiennent. Ils croient toujours ratiociner dans l’absolu ; 
mais ces opinions dont ils font profession et qu’ils 
croient librement acceptées, ou choisies, ou même 
inventées, leur sont aussi fatales, aussi prescrites que v 
la couleur de leurs cheveux ou le parfum de leur 
haleine... Ce défaut de prononciation de Z, que vous 
avez fort bien fait de noter, m’importe plus que ce 
qu’il pense ; oü du moins ceci ne viendra qu’ensuite. 
Y a-t-il longtemps que vous le connaissez ? 
Je lui dis que je le rencontrais pour.la première 
fois.|Je ne lui ëachai pas qu’il m’était extrêmement 
antipathique. 
— Il importe d’autant plus que vous le fréquen 
tiez, reprit-il. Tout ce qui nous est sympathique, c’est 
ce qui nous ressemble et que nous imaginons aisé 
ment. C’est sur ce qui diffère le plus de nous que doit
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.