I 
DE NOS ENVOYES SPECIAUX 
Mécénat. Un tableau acquis pour cent dollars fut revendu 
pour mille à son auteur, deux jours après, par les soins de 
M. Stieglitz lui-même, qui sut trouver les mots qui versent 
l’heroïsme au cœur de l’acheteur. 
—M. Varèse va partout prétendant avoir terminé l’orches 
tration de sa Danse du Robinet froid. 
Nous ne présenterons pas a nos lecteurs des deux hémisphè 
res les envoyés spéciaux que «3Qi» a déchaînés sur cette pla 
nète. 
Ils sont, depuis quelque temps déjà, parvenus a destination. 
Et l’on a parlé d’eux dans les grandes capitales d'Europe et 
d'outre-atlantique, soit qu’ils y aient fait la conquête immé 
diate de l’esprit public, soit que les Polices de tous Ordres 
aient dû les accabler de leurs soins. Dans tous les cas, nous 
sommes persuadés qu’ils surent faire asse^ de bruit pour ne 
passer nulle part inaperçus. 
Nous dirons donc seulement en quels moment et lieu nous 
les rencontrâmes. 
Ce Jut à Madrid, le jour de la Chandeleur, devant la cage 
de ce tigre paralytique, mais royal, immortalisé par Marie 
L en des vers justement fameux. 
Nous les reconnûmes aussitôt pour de purs enfants d'Abra 
ham. Non qu'ils se distinguassent par aucune particularité 
de leur costume. (Ils étaient vêtus, comme tout le monde, de 
dépouilles d'animaux sauvages ou domestiques, d’extraits vé 
gétaux, et parés de maladies d’huîtres). Nous les identifiâmes 
plutôt grâce à un certain esprit que leurs premières paroles 
nons révélèrent. 
Une dame a l'allure américano-polonaise, qui ressemblait 
étonnamment à Gabriel B , prononça, sur un ton de mani 
feste enjouement : 
— Mouvement d'andante et ton mineur, telle est cette bête... 
—Carburateur encrassé, bielles espagnoles (avides d'huile) 
et bougie défectueuse, ajouta Francis P qui semblait re 
garder la pointe de l’angle aigu qui le suit partout. 
—Bouillon d’os et blaireau sentant la colle, objecta Otho L 
en crispant ses pieds. 
—Mais je voudrais bien savoir à quoi servent ces mousta 
ches, interrogea Olga Z dont les yeux ronds et bleus clairs 
s’arrondirent et se bleuclarifièrent encore. 
—Quel con, proféra Arthur C 
Un inconnu prenait des notes. 
Le directeur de «3Qi» s’avoua vaincu. Des engagements 
somptueux Jurent scellés le soir même. 
El, le lendemain matin, munis des sacrements ojjiciels ainsi 
que de tout ce qu’il faut pour écrire, nos envoyés spéciaux se 
dirigèrent allègrement vers leurs centres respectifs d infor 
mation et d’action. Ceci sans aventures d'aucune sorte, sauf 
pour le plus fort de nos collaborateurs, Arthur C , qui, 
partant pour l'Amérique, se fit coffrer, durant quelques jours, 
à Bilbao, sous l’ignominieuse inculpation d’émission d’idées 
fausses. Pharamousse. 
N. B.—Texte inédit du télégramme envoyé par notre ami, 
enfin rendu à la liberté des mers, a son épouse ayant rejoint 
Paris : Adieu d’Espagne, sois pure. Arthur. 
PARIS 
Il n’est question que de Barcelone. 
Non pas seulement à cause de «391 » qui s'y publie. Mais 
aussi, mais surtout, parce qu’une importante exposition s’y 
prépare. A Montparnasse, Montmartre, Passy et Vaugirard 
sévit la fièvre des jours d'intrigues mémorables. Les bruits 
les plus contradictoires circulent. La Potonde est transformée 
en Bourse des Valeurs potinières. Les cours sont extraordinai 
rement variables. 
L’esprit d’Abraham sera-t-il ou ne sera-t-il pas représenté 
â l’exposition de Barcelone? Tel est le dilemme. Et l’on dis 
cute. Et l’on s'excite. Sans en sortir jamais. 
Les artistes espagnols ont invité tous les artistes de natio 
nalité française. Et l’on se bat dans l’antichambre. 
— Erik Satie, Pablo Picasso, et Jean Cocteau partent pour 
Rome. 
BARCELONE 
• • • 
Il n’est question que de Paris. 
A peine remis de ses récents triomphes littéraires et guer 
riers, verrons-nous ici Guillaume Apollinaire? Plusieurs le 
désirent. Mais le Dieu des Armées abandonnera-t-il son lieu 
tenant? Saint Max Jacob, priez pour nous 
On s’est aussi battu dans la salle à manger. 
Comme tout état policé, l’Espagne compte un certain 
nombre d’artistes officiels, directement intéressés au bon équi 
libre du budget des beaux-arts. Les dépenses extraordinaires 
prévues pour cette année furent, pour ces messieurs, un légi 
time sujet d’inquiétude. On qualifia d’excessive l’hospitalité 
offerte. Et l’on prétendit restreindre le nombre des couverts 
puisqu’il n’était plus temps de refermer la porte. 
Qui sauva la situation, sinon les artistes non-officiels, par 
mi lesquels sont les fils d'Abraham? Il y aurait quelque in 
justice à l’oublier. 
, définitif. 
• • • • 
• • • 
HAIPHONG 
Le propriétaire du Restaurant Chinois du boulevard Mont 
parnasse est de retour en son pays natal. Il y consacrera ses 
capitaux et ses vieux jours à la fondation et gérance d’un 
Cabaret Montmartrois. 
NEW-YORK 
Intéressante conférence de M. de Zayas, au Columbia, sur 
l’humour yankee. Cette conférence, première du genre, fut 
sans paroles et singulièrement démonstrative, néanmoins. 
Nous sommes autorisés à en publier l’approximatif schéma. 
La scène représente une promenade publique. Ormes et banc. 
Un matelot, qu’accompa 
tement semblable à lui-/ 
cour et vient prendre pla/ce sur le banc. Homme et manne 
quin portent sous le bras/ droit le national béret bleu à rayures 
concentriques blanches.* Après quelques instants de réflexion 
profonde, le matelot se\- ... __ lève et sort par le côté jar 
din, abandonnant son / " " compagnon extatique. Un 
monsieur passe qui, pre nant pour cible le national bé 
ret bleu à rayures con"l|frwi centriques blanches, tire un 
coup de revolver. Le F J compagnon extatique ne bron 
che pas, cependant q u e C—le gentleman nerveux le 
crible de balles. Le monsieur sort enfin parle côté jardin et 
le matelot rentre par le côté cour. Le compagnon extatique 
disparaît dans les frises. Le matelot s’assied et le gentleman 
revient, accompagné d’une dame. — Prenant pour cible le 
national béret bleu a rayures blanches concentriques, il vise 
et va faire feu. Mais le matelot se lève. Swing et direct, cro 
chet à la mâchoire. Le monsieur tombe et la dame s’évanouit. 
Le matelot sort en esquissant une petite gigue. 
Rideau. 
La solennité prit fin sur une lumineuse présentation, par 
M. de Zayas lui-même, du dernier état de la caricature po 
litique. Un admirable masque canaque fut apporté. EtM.de 
Zayas l’adorna de moustaches dites en crocs. 
— Une fructueuse opération vient d’être accomplie par 
M. Stieglitz, laquelle révèle une conception toute neuve du 
GENÈVE 
—Romain Rolland publie son intention de renier prochai 
nement Adam, nonobstant les oppositions réunies de Guil- 
beaux et de Thiesson. 
—Selon une information de source peu sûre, Benjamin et 
Félix Valloton se rallieraient aux doctrines et pratiques d’E- 
picure. 
^ gne un mannequin exac- 
% même, entre par le. côté 
METIS CITY 
Ville infortunée. Toutes les sources sont corrompues. L’air 
même impur. L’œil du ciel miteux. Les monuments publics 
ont été construits avec les matériaux de démolitions venus 
des quatre points de l’univers. L’hispano-mauresque est en 
foncé. Il y a des paratonnerres sur les temples grecs. Et des 
automobiles traînés par des ânes. 11 y a une tour Eiffel en 
carton pâte. Et un mannekenpiss en acier chromé. Il y a des 
enfants de trois ans qui succombent à la neurasthénie. Et 
des hommes de trente ans qui jouent à la poupée. Des pein 
tres qui jouent au Michel-Ange et des peintres qui jouent 
au Matisse. 
On a célébré en grande pompe, dans la basilique, les ob 
sèques de M. Carolus-Duran et de M. Octave Mirbeau. 
Des fumées d’opium figuraient l’encens obligatoire. Et les 
orgues jouaient la Cavatine d’Aïda, comme à Saint-Pierre 
de Rome. 
On procède actuellement à l’élection de l’Alcade. Nous di 
rons bientôt le nom de l’élu, des candidats, et des grands 
électeurs. 
Paraît deux fois par mois. Le numéro : 0’ 6 0. Abonnement, un an : 12’0 0. 
Adresser tout ce qui concerne la Revue, Rédaction et Administration à 
Galeries Dalmau, Puertaferrisa, 18, Téléphone 1791.A. 
Ce numéro, tiré a 500 exemplaires, dont dix de luxe repris à 
a été imprimé par Oliva de Vilanova, Casanova, 169, Barcelone. Exemplaire 
391 
391 
9 9 
i i 
la main (10’0 0), 
N.° 391
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.