. ■ 
w* 
' 
P aralysie 
Concierge Téléplione 
SOUS-MARIN 
BOUT A BOUT 
îbaïul 
Capsule géomètre ou ri 
Intermède dand 
/Sous 1 avalanche d étoil 
larbi d 
Ce coq s étrangl 
ous les bâtons n ont plus qu un bout 
les lourelies 
1 
P 
e 
es 
es gencives 
liant national 
an pan 
ans 
1 
l 
au service de son corps 
une nappe de velours 
étend 
y 
e avec un c 
la personnalité 
s 
il 
histoires d 
en est 2 0 
T 
ans 
: le bonbeur sommei 
eux voleurs scap 
. /Seul avec Dieu 
sous-marin grand ouvert 
liante la merveille dévastée.. 
Les sleepmg-cars ont passé la rive escalier 
II 
SU X 
d 7 
un épbèb 
e prototype 
à deux têtes tubul 
de d 
baudriers 
d 
et nous 
o u renés 
eux 
comme 
d épuration 
pi rituelle 
S 
ure 
:âteb 
ers aux tridents poitrinaires 
Le square est une belle galette de crottin 
jMettez d 
es r 
saxophone de langueur s 
La brusque virtualité d 
a suivi le courant classique d 
incursion sans formule 
tardi 
direction intérieure d 
sur un 
l’œil 
es mers 
eue 
Aux croisements de trains il 
des indicateurs 
a 
y 
une 
(policiers 
Lnfin avez-vous tué beaucoup de petits vieux ; 
a craniologie est une science pépère 
terreur règne au camp des maraîchers 
ALalikoko vient d 
? 
une colline 
Cl aire conscience 
Ici 
îve 
ià-t> 
grands joncs vaporeux 
burateur symbolique 
Aterci 1 
as un soupir 
1 amertume enfantine d 
es 
lus loin 
P 
un amour 
• GK 
a voici qui s eieve au car 
L 
D 
a 
le prétexte heurté d une 
alité 
Hannetons-marionnettes 
i faites 1 
S 
ous 
epouser sa mere 
(lliil) 
a quête... 
11 
A 
y eux 
La tonne aventure 
oux qui 
oncenr 
lante 
sans 
mpi 
Qu est-ce qui se cac 
n œuf de bique 
Voie sur un nez et niche au trou suave 
Voyons les gratte-ciel sont-ils des gratte-cul 
L Amérique est aussi loin que 
Sous-ventrière 
lie d 
a cuisine rou 
ans 
lue 1 Olympien 
7 e palier à gauche 
haque an 
madapolam sa 
Le bourgeois 
eclos canari 
de cette nuit tragique 
U 
d 
huit d 
mais, on oanse au 
Volupté dissonance dans c 
reste à ma droite hypothétique 
espérance du Cap 
Singapour Glascow 
e pique 
Sur la nappe de velours 
semée de il 
es sleepmg-cars ont passé 
fractuosité 
d 
rase 
de doul 
eurs et 
eurs 
la Russie 
Voici F 
1 
tan tin o p le Nev 
Marguerite BUFFET. 
-York 
C 
la rive des pleurs 
ons 
A 
Céline ARNAULD. 
Paul DERMEE. ' 
PREMIER ET DERNIER RAPPORT DU SECRÉTAIRE DE LA SECTION D’OR 
EXCOMMUNIES 
— Oui, lorsque l'on vous a élu, vous netiez pas 
Dada. Maintenant, vous vous révélez comme Dadaïste 
— Nous sommes ici pour vous juger, proclame 
Wassilieff, habillée en prêtresse de la guillotine. 
Sûr de sa majorité, peu soucieux 
cipes et de chimères, mais uniquement occupé de poli 
tique réaliste, Birot ne cessait de réclamer le vote. 
llellessen dit quelque chose qu'on n’entendit pas. 
Quelques Busses s’étant mis à parler dans leur 
langue, Gleizes leur rappela que les débats avaient lieu 
en français. Mais Larionow s’entêta : 
— Lui pas comprendre! 
Croisement de' 1er entre Bibemont et Survage sur 
la nationalité de la politesse. Survage, tout rouge, 
souille sur le crâne de Bibemont, d'où s’envolent des 
étincelles. 
Picabia, enfin, excédé, annonce : 
— Nous donnons tous notre démission. 
— Comme peintre aussi? demande Férat. 
— Mais nous emportons le titre de la Section d'Or 
tl gardons la salle, continue Picabia. 
Le tumulte, alors, devint si formidable, que le 
patron de la Closerie vint fermer le gaz. A la lueur 
ue Birot, planté dans un coin, les débats continuèrent. 
— Je propose qu’on leur abandonne le titre, disait 
Boch Crey, et que nous nous appelions : « Passa 
vant ». 
Ici, quelques interruptions en russe, intraduisi 
bles... parce que je ne connais pas l’idiome. 
Arcinpenko n’avait plus souvenance de la Section 
d’Or d’avant la guerre. 
— Je peins pour quelques amis, confiait Kupka. 
— Et un peu aussi pour vendre, ajoutait Gleizes. 
— Oh! c’est extraordinaire de la part d’un homme 
qui a des millions, s’indignait Tzara. 
ici, Breton retira ses lunettes, et on procéda au vote. 
Survage monta sur une chaise, et, avec une foive 
de catapulte, proclama : 
— Ex-pui-ses^ Vous êtes ex-pul-sés! 
Cependant, Gleizes n’avait toujours pas trouvé le 
petit écrit conciliatoire qu’il devait lire... Et il avait 
1 air de plus en plus embêté. Très absorbé par ses 
fouilles/ il vota, distraitement, contre nous. 
* 
* *. 
Dada ex-pul-sé, la séance de la Section d'Or, réfor 
mée, se poursuivit jjar des élections. Certains, fié 
vreux, étaient en bas, et n’attendaient qu’un appel 
pour monter. 
C’est ainsi qu’Angiboult, Irène Lagut, Lambert, 
Bij-Bousseau, Léger, Valinié, Braque et Laurens prirent 
les sièges dadaïstes encore tièdes. 
Gris s’était précipité chez DADA afin qu’il le re 
commande à ces Messieurs du Comité. Hélas ! l’homme 
le plus intelligent du Cubisme, l’auteur d’aphorismes 
célèbres fut déclaré in-dé-si-ra-ble! 
Voilà le Cubisme bien peigné, bien frisé; il sourit 
gentiment à Monsieur et ne met plus ses doigts dans 
le nez. 
J 
Le Ministre des Beaux-Arts peut venir. 
Paul DERMEE. 
Par un après-midi pluvieux de novembre 1919, dans 
la salle à manger de Balzac, Gleizes et moi, nous bu 
vions du café, dans les tasses du Maître. « 11 faut venir, 
Dermée, 111e dit-il, car nous voulons faire une chose très 
iarge, par-dessus les chapelles. Assez dçs excommunica 
tions majeures fulminées de groupes à groupes. » 
C'était de la Section d’Or, ressurgie sur l’initiative 
d’Archipenko, de Gleizes et de Survage, qu’il s’agissait. 
Le soir même, j’étais à la Closerie. Réunion de début, 
wagon de chemin de fer. On allait tous à Péri gueux. 
— Ah! vous êtes peintre, Monsieur? 
— Nous partagerons nos provisions en route! 
A chaque station, quelque nouveau voyageur mon 
tait. Birot s’installa ainsi un soir; mais, me voyant dans 
mon coin, il déclara qu’il ne pouvait « siéger » seul 
avec moi, qu’il lui fallait un chaperon, afin de ne pas 
encourir en 111a compagnie l’hostilité de certains ma 
quereaux de lettres qui le terrorisaient visiblement. Ses 
vœux devaient être comblés, car la Section littéraire 
s’enlla soudain â tel point — malgré des volontés sys 
tématiques de tenir la portière fermée et de rester entre 
soi, — que nous étions onze lorsque nous abordâmes 
le Périgord. 
Je dois ici un aveu : j’adore les entassements du Mé 
tro et les nez-à-nez hétérosexués de l’ascenseur station 
Lamarck. Pour mon humble part, je votai donc pour 
toutes les admissionis en répétant le mot de Gleizes : 
Pas de jury, pas de chapelles! » Dieu le Père 11’est 
ni catho'ique ni protestant. On a plus chaud quand on 
est bien entassés. Puis, curiosité malsaine de chimiste, 
je voulais voir ce qui arriverait si l’on mettait tous ces 
corps en présence. 
Sitôt en contact, l’élément Dada agit avec la plus ter 
rible efficacité : gaz asphyxiant ici, drastique là, coro- 
sif, épilatoire et convulsif, sternutatoire et béri-béri, 
mangpurs de riz décortiqué, purgatif, aile souillée, ca 
talogue de l’exposition, pilaf! 
Toute cette activité bio-chimique se traduisit par une 
élévation considérable de la température du milieu. 
Déjà, cela commençait à nous brûler les doigts. 
* 
* *. 
cas, on pouvait compter sur lui comme média 
teur, etc. 
L’Assemblée générale extraordinaire fut convoquée 
le mercredi 20 février 1920 à la Closerie des Lilas. Le 
ban et l’arrière-ban des cubistes s’étaient rendus à l’ap 
pel. Dada lit son entrée à 9 heures et prit place face 
à l’accusation, représentée par Gleizes, Archipenko, 
et Survage, qui siégeaient au centre de la salle. 
L’avocat de la défense fut le brillant, fougueux, élo 
quent, irrésistible Bibèmont-Dessaignes, qui nous lit, 
penser tous à Caillâux, que nous venions de voir défen 
dant sa peau à la Haute-uour. Bien ne resta des 
prétextes que l’on vonfail invoquer pour 
— Lnfin, conclut UuBemont, 
non, dans la S. d’O..? 
A quoi Survage répondit : 
— Non, vous 11’êtes pas libres,. 
Ce fut alors uju vacarme épouvantable et un vol d’in 
terruptions, de mots empennés visant au visage. Les 
dames sténos, au lieu d’être à leur poste, jouaient aux 
W.-C. avec les enfants de chœur. C est pourquoi nous 
n’avons n’avons pu ramasser que quelque s liée h es sur 
le champ de bataille. 
Survage brandissait son parapluie,.Gleizes cherchait 
en vain élans toutes ses poches les propositions concilia- 
toires qu’il devait apporter... Et il avait l’air très em- 
b ê t é ! 
/ 
d’idées, de prin- 
nous expulser, 
est-on libre, oui ou 
Birot, expert aux choses de la politique et aux com 
binaisons de couloir, faisait penser à feu Mande!. 11 
éclairait comme une chandelle verte le coin où il sié 
geait, et répétait, inlassable : a Votre coup a été bien 
monté. Vous avez voulu nous faire pièce. Maintenant, 
on va voir qui aura la majorité, vous ou nous. » 
Chaque fois qu’il disait : « nous », deux grands yeux 
navrés se tournaient vers lui. Hoch-Grey aurait certes 
préféré rester — ou partir — avec nous. Mais ehe 
demeurait fidèle à la Sainte Alliance. 
u Au fond, confiait Mme Germaine Albert-Birot à 
sa voisine, ce que je fais est tout à fait Dada. Ils me 
sont très sympathiques. » Mais un regard la fit bien 
voter. 
Mlle Tour-Douas confiait à Mme Céline, Arnauld : 
Vous savez, j’ai beaucoup de sympathie pour Dada, 
mais on est venu me dire que ce n’est pas sérieux. Je 
préfère l’hermétisme du Cubisme. » A quoi Céline 
Arnauld répondait: « Le Cubisme n’est pas hermétique 
du tout, puisqu’il a des fuites. Quant 
ils ont tous beaucoup de talent. Les non-dadaïstes sont 
des farceurs. » 
Pourtant, oui ou non, allait-on avoir, pour Dada, 
une des trois séances que l’on se proposait d’organiser 
au cours de l'exposition de mars? 
La section littéraire, réunie le 21 février à la Closerie, 
après avoir élu Eluard, décida, contre l’opinion des 
peintres du Comité, que la séance Dada aurait lieu. 
Pour calmer les susceptibilités diverses, Gleizes promit 
d’arranger cela et d’expliquer en tête du catalogue que 
les diverses tendances sont librement représentées 
sein de la Section d’Or, etc... Mais la nuit porta conseil. 
Le cyclone Dada appaïut en songe à Gleizes, Arelii- 
et ils le virent dévastant tout 
(( 
aux dadaïstes, 
m 
Cependant, Mme Juliette Roche, venue assister aux 
se glaçait à mesure que la situation 
au 
jeux du cirque, 
devenait plus nclte. 
Puis encore : 
penko et Survage, 
sur son passage, arrachant leurs tableaux de la cimaise 
et mettant en fuite les acheteurs épouvantés. 
11 fallait en finir et chasser le loup Dada de la cubis- 
terie. Archipenko s’élait frappé d’une façon extraordi 
naire et avait pris la chose terriblement à cœur. Gleizes 
affirmait par téléphone que tout s’arrangerait, qu’il 
fallait seulement une grande explication; qu’en tous 
Izara et Archipenko parlent nerveusement de la 
Suisse. 
1 z a r a . — Vous avez dit, à Zurich, que l’art est une 
maladie. 
Archipenko. — 
d’une façon maladive. 
Survage fait des reproches à Soupault : 
Oui, mais il ne faut pas comprendre 
1mm 
« 
*; • 
N 
12 
P rix : 2 F 
Dépositaire : AU SANS PAREIL 
/ 
P ans 
umero 
rancs 
M 
ars 1920 
é" A 
37, Avenue Kléber, Paris 
nnee
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.