A 
dun œil, de près 
presque une heure. 
re 
TT CT 
a' 
WÊ 
m 
P .-A* s» 
.S" sS'.*** 
. . -T’ sAT 
* ^ 
I 
<’ *t t .AA* • * » M* 
M 
fis 
•'•‘TT 
|( y 
>** * **••• : 
mm 
:*: : : : 
fis:: 
.vO^ .A» 
•*%v <• 
r ‘ ^ w 
' • • 
MT 1 
tttrt 
J 
OW/V1 
WhW, 
«i8 
ȕ-j 
MARCEL DUCHAMP. 
SEL( IN 
SAINT=JEAN 
i 
t 
r\ 
l 
r* 
s 
i 
t 
LL 
K 
-1 
—'» 
il ? Il est impossible cl 
Enfi 
lidifi 
* 
e mettre le nez dehors sans respirer une pâte à crêpe qui 
étouffe. Ce sont des lioinmes ces êtres mous comme d 
a-t-i 
qu y 
m 
se so 
îe 
t 
1 
hangement de peau ? O Il 1 
déglutition 
e visage et vous 
es crânes au c 
I 
ciaquer sa gueul 
lissement Je 1, esoins furtifs. O u sont-ils 1 
sur 
a 
nourriture apprêtée pour le grand dragon qui somnole encore et déjà lait 
h 
? 
V 
/ 
e a 
mécanique i 
i 
n ne peut plus vivre, 
O 
y 
n est pas vivre ce s eu 
e ne sont plus que des poires à injection, en 
es cœurs pleins 
car ce 
accomp 
caoutcli 
d 
? C 
e sang 
o uc. 
Les cliarniers ou verdissait 1 
verture en merde d 
a cliair liumame se sont 1;L 
en vêtement d 
le leur pourriture, ils 
’ y J 
n y ont gagne qu une 
/ / 
eres c 
cou- 
en graisse de 
e corbeau. C est 1 
1 
1 
sentimental 
les forts 
V 
e, et 
a que 
général viennent rêver au temps passé de la vigueur et 
es suaves 
e piume 
es amours nclies. 
J 
f mies les pâmoisons alors qu on avait la bouche pleine de me 
es regards et les messes pour 
lodi 
1 
ou le 
de idnlosopliies gazeuses. 
y 
ies 
nez ivre 
P 
la lormcation d 
U 
I 1 mies 
\ 
cervelles a vapeur. 
Alamtenant 1 
es mâles 
contemplent d 
J uillet, rouler dégonll 
de cliau J J 
il 
eur virdité fl 
die, dont les femelles ont fait 
d 
un œi 
morne 
eur 
e camomi 
jadis des lampions de 
s étonnent de sentir perler quelque cliose 
1 
d 
d 
1 
femelles interrogeant 1 
y 
/ 
M 
es eviers, et 
ans 
a crasse 
es 
eur miroir 
leur tête froide, 
es souvenirs mâles. 
J 
ans 
gommes 
k 
mauvais regard crie : A 
Atais oTi il est pas assassin parce qu on 
u moins à vos yeux 
et que 
dotal, et tant de ventres hall 
• • * l 
ssassms I 
t 
. Votre 
un peuple, vous 
ivrer sur vous a 
fait 
mourir de faim tout 
7 
P 
Li 
; 1 assassinat comporte une action plus 
vous êtes trop nombreux j 
eur oiiice sacer 
lie, d 
. Il 
y 
j 
/ 
e savez 
îen 
ne s agit pas 
lie fade odeur répandraient 
e 
I 
lupté de la destruction, 
h 
\ 
a vo 
se 
pou r 
siècles tant J 
désaflectés Je 1 
Wall 
H, 
J 
J 
y 
\ 
e cœurs 
es 
es outres 
o unes sem 
es a 
d huile ! 
mal vient de votre nourriture ; 1 
. Il s y engluerait 1 
1 digérées 
"V otre 
curieux ouvrait 1 
vos extases abstraites, 
entraill 
de tal 
preuve s en verrait d 
ans une matière blanchâtre, 
i d’ 
1 
a 
un coup 
idu de tous vos idéals, 
ans vos 
es si 
on quelque 
beautés, 
pied d 
y 
a masse 
e 
resi 
vos 
o 
le lait d 
une vache ma 
lade. 
ma 
comme 
... *■'■ ’ 
Jéb 
II 
faut 
cela qui épaissit notre air, et 
liension universelle. 
d 
spectacl 
intelligence. C 
C est le catalogue de 1 
» 
e répugnant : 
cône *ous nos souliers. Votre 
suavité, votre 
votre grâce, votre 
ladie, c est un livre. 
nous 
nous 
arasser 
est 
i 
y 
ma 
a compre
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.