6 
L’a m i r a I 
c h e r c h 
Poème simultan 
par R. Huelsenbeck, M. Janko, Tr. Tzara 
HUELSENBECK 
JANKO, chant 
TZARA 
Ahoi 
Boum 
ahoi 
boum boum 
Des Admirais gwirktes 
Where the honny suckle 
Il déshabilla sa chair 
Beinkleid schnell 
wine twines ilself 
quand les grenouilles 
HUELSENBECK 
JANKO, chant 
TZARA 
und der 
can hear 
serpent à 
Conciergenbäuche Klapperschlangengrün sind milde ach 
the weopour will arround arround the hill 
Bucarest on dépendra mes amis dorénavant et 
HUELSENBECK 
JANKO, chant 
TZARA 
prrrza 
mine 
chrrrza prrrza Wer suchet 
admirabily confortabily Grandmother 
Dimanche : 
dem wird 
said 
deux éléphants 
HUELSENBECK 
hihi 
Yabomm hihi 
Yabomm 
hihi 
hihi hihiiiii 
ff 
p 
cresc ff 
cresc ff f 
TZARA 
rouge 
bleu rouge bleu 
rouge bleu 
rouge 
bleu rouge bleu 
p 
/ cresc 
ff 
cresc fff 
SIFFLET (Janko) — .. 
P cresc f ff fff 
CLIQUETTE (TZ) rrrrrrrrrr rrrrrrrrrr rrrrrrrrrr rrrrrrrrrr rrrrrrrrrr rrrrrrrrrr 
/ decrsc f cresc fff uniform 
GROSSE CAISE (Huels.) OOO 00000 00000 0000 00 
' ff ' " P ~ f fjf p 
HUELSENBECK 
JANKO (chant) 
TZARA 
im KIoset zumeistens was er nôtig hatt ahoi iuché ahoi iuché 
I love the ladies I love to be among the girls 
la concièrge qui m’a trompé elle a vendu l’appartement que j’avais loué 
HUELSENBECK 
JANKO (chant) 
TZARA 
hätt’ 0 süss gequollnes Stelldichein des Admirals im Abendschein uru uru 
o’clock and tea is set I like to hâve my tea with some brunet shai shai 
Le train traîne la fumée comme la fuite de l’animal blessé aux 
HUELSENBECK 
JANKO (chant) 
TZARA 
Der Affe brüllt die Seekuh bellt im Lindenbaum der Schräg zerschellt tara- 
doing it doing it see that ragtime coupple over there see 
Autour du phare tourne l’auréole des oiseaux bleuillis en moitiés de lumière vis- 
HUELSENBECK 
JANKO (chant) 
TZARA 
Peitschen um die Lenden Im Schlafsack gröhlt der 
oh yes yes yes yes yes yes yes yes yes yes 
cher c’est si difficile La rue s’enfuit avec mon bagage à traves la ville Un métro mêle 
NOTE POUR Les essays sur la transmutation des objets et des couleurs des premiers peintres 
LES cubistes (19J7) Picasso, Braque, Picabia, Duchamp-Villon, Delaunay, suscitaient l’envie 
ROIIPCFOIS d’appliquer en poésie les mêmes principes simultans. 
Villiers de l’Isle Adam eût des intentions pareilles dans le théâtre, où l’on remar 
que les tendances vers un simultanéisme schématique; Mallarmé essaya une reforme ty 
pographique dans son poème: Un coup de dés n’abolira jamais le hazard; Marinetti qui 
popularisa cette subordination par ses „Paroles en liberté“ ; les intentions de Biaise 
Cendrars et de Jules Romains, dernièrement, ammenèrenU-Mr Apollinaire aux idées 
qu’il développa en 1912 au „Sturm“ dans une conférence. 
Mais l’idée première, en son essence, fut extériorisée par Mr H. Barzun dans un 
livre théoretique „Voix, Rythmes et chants Simultanés“ où il cherchait une rélntion plus 
étroite entre la symphonie polirythmique et le poème. 11 opposait aux principes succe- 
sifs de la poésie lyrique une idée vaste et parallèle. Mais les intentions de compliquer 
en profondeur cette technique (avec le Drame Universel) en éxagerant sa valeur au 
point de lui donner une idéologie nouvelle et de la cloîtrer dans l'exclusivisme d’une 
école, — échouèrent.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.