Full text: Les feuilles libres (4(1922), avril-mai = No. 26)

UN DIMANCHE A G-UICHEN 
93 
et lettré? Je ne parle pas des espèces destinées seulement à la loupe de 
l'anthropologiste mensurateur, ni du fonctionnaire bohémien dont la 
voiture du déménageur est la roulotte. Je parle du Guichantois lauréat 
jadis du collège (ô palmarès! tes gloires ne sont pas éphémères), 
arbitre aujourd’hui des prud’hommes en leur Conseil ou simplement 
juré. Pourquoi tout Guichantois est-il artiste? (( Ne touchez pas aux 
remparts, Messieurs! » ou (( Votons la construction d’un théâtre avec 
le legs Bouchaballe! ». Ces cris, qui mériteraient de vibrer aux vitres 
d’un Parlement, sortent du cœur de nos Assemblées municipales. Rem 
parts! remparts! nobles souvenirs! remparts dont les créneaux comblés 
par les balcons, dans tes cascades de maisons, ô Guichen, paraissent 
encore et dans les feuillages de tes jardins! Remparts, voisinage de 
l’Evêché, adversaires des marronniers qui sont l’ombrage du Jet rapide 
sous ses passerelles. Et toi, cathédrale bâtie sur pilotis, dit-on, objet 
du Vœu d’un roi de France! A vous, nous devons notre cerveau dis 
tingué et celui de nos célébrités. Quelque chose toujours te manquera, 
haut et sacré fonctionnaire parisien, tu n’es pas né à l’ombre de notre 
cathédrale; tu n’es qu’un de ces fonctionnaires bohémiens, après tout, 
dont la voiture du... (Voyez plus haut). 
Merveilleuses harmonies de l’univers. La beauté mûrit la pensée 
comme le soleil fait des fruits. M. Pancrasse, ancien bedeau, simple 
entrepreneur de bâtisses, passant, la pipe aux dents, médite peut-être 
sur l’origine des Espèces et Mlle Lucie Cadénat l’arrête : 
« Vous qui êtes architecte, monsieur Pancrasse, quelle différence 
entre le style roman et le style gothique? 
— C’est drôle, n’est-ce pas, qu’une demoiselle comme vous pense 
à ces questions-là? Ah! ah! ah! M. Amédée vous dira quelque chose 
là-dessus : il étudie les beaux-arts... ou dans le genre beaux-arts! Il 
est en vacances chez son oncle, M. Lecourbe. » 
C’est ainsi que la Science donne la main aux arts sous tes marron 
niers, ô Guichen! Le long du quai brûlant, des Douanes où trois vais 
seaux s’alignent, deux promeneuses discutent le feuilleton que chacune 
a lu le soir au lit :
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.