Full text: Les feuilles libres (4(1922), avril-mai = No. 26)

« De même le temps n’existe pas en lui-même, mais c’est des événe 
ments eux-mêmes que découle le sentiment de ce qui s’est accompli dans 
le passé, de ce qui est présent, de ce qui viendra par la suite ; et per 
sonne, il faut le reconnaître, n’a le sentiment du temps en soi, considéré 
en dehors du mouvement des choses et de leur repos. 
« Enfin lorsque l’on dit « la fille de Tyndare est enlevée, les peuples 
Troyens sont soumis par les armes )), prenons garde qu’on n’aille par là 
nous forcer à reconnaître que ces événements sont doués d’une existence 
propre, puisque les générations d’hommes, dont ils furent des accidents, 
ont été depuis longtemps emportées par l’irrévocable passé. Car il n’y a 
pas d’événement accompli qui ne puisse être qualifié d’accident, soit 
des générations, soit des régions mêmes qui l’ont vu se produire. Enfin, 
sans la matière qui forme les corps, sans l’étendue et l’espace où toutes 
choses s’accomplissent, jamais le feu d’amour inspiré par la beauté de 
la fille de Tyndare n’eût gagné le cœur du Phrygien Paris, ni allumé 
les combats fameux de cette guerre furieuse ; jamais le cheval de bois 
n’eût enfanté dans la nuit, à l’insu des Troyens, tous ces fils de Grecs 
pour porter l’incendie dans Pergame. D’où il apparaît bien clairement 
que les événements accomplis sans exception n’ont pas d’existence propre 
comme la matière, qu’ils n’existent pas non plus à la manière du vide, mais
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.