Full text: Les feuilles libres (4(1922), avril-mai = No. 26)

108 JEAN EPSTEIN 
éî^ÿsgBgaTimBaEîBaweaagasaaaBBSggsgraga^rgaaBaMMMii^MMMaBgillMtVHliWWIMaBnMMWMMMW—— 
n’a pas notion de l’amour en dehors des objets qu’il aime en fait ; c’est 
faux. La preuve de l’existence d’une telle notion de temps se trouve, et 
fort simple, dans le cas de ces dormeurs, ils sont nombreux, qui se réveil 
lent à l’heure qu’ils veulent, à cinq minutes près. Cette faculté de régler 
la durée de son sommeil ne se concevrait pas sans une notion de durée, 
c’est-à-dire de temps psychologique. 
Précisons la nature de ce temps psychologique ; il est, j’ai dit presque, 
de l’ordre des sentiments. En tout cas, entre lui et le domaine sentimental 
il y a une étroite union. Pour premier exemple de ces rapports, je cite la 
loi de mémoire, bien connue : quand on compare un souvenir à l’objet 
qui lui a donné naissance, ce souvenir paraît plus beau que l’objet, et, jus 
qu’à un certain point, d’autant plus beau que le souvenir est plus ancien. 
La durée se traduit donc ici en valeur esthétique. Et, comme c’est géné 
ralement que le temps transforme ainsi la qualité de toutes les représen 
tations passées qui existent à l’état de souvenir ou d’oublié conditionnel ; 
et comme dire que le temps modifie tout le bagage mnésique et cryptomné- 
sique de l’individu, c’est dire qu’il modifie tout l’état psychique actuel de 
cet individu, ce temps peut être perçu et considéré en fonction de ce 
changement général qu’il apporte dans le domaine sentimental. Le temps 
psychologique n’est alors pas tenu pour un sentiment, mais pour une cer 
taine variation du sentiment, sentiment second. Le temps psychologique 
est donc la dérivée de l’ensemble sentimental, comme l’accélération est 
celle de la vitesse. En voici une confirmation : si le temps psychologique 
se comporte réellement comme la dérivée de l’état sentimental, il doit 
croître de façon directement proportionelle au nombre et à l’importance 
des variations dans l’état sentimental. C’est en effet ce qui a lieu ; car si 
nous considérons un régime mental où les variations sentimentales sont 
extrêmement nombreuses et accusées, la pensée onirique par exemple, le 
temps y donne l’illusion de se développer avec une rapidité vertigineuse. 
Alors, rêvant, tandis que votre réveil sonne, cette sonnerie sert à écha 
fauder toute une histoire qui paraît, quand vous vous réveillez, le réveil 
sonnant encore, avoir duré trois jours. Trois jours d’un temps en dix 
secondes d’un autre temps, tous deux psychologiques, cela montre assez
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.