Full text: L'art contemporain (1)

7 
RH 
mmm 
^■ÎMÊÈÈÊk 
%®8m 
TOwiK 
-y t*S 
ra. xx.,/ 
. » ' 
L* • •, • W 9 * ^2 * a 
i 
1* 4 yVC 
km 
L • V' * : J /• 
• * a *■ 
\juTI 
i. 
. 
• 
L. Marcoussis 
MARCOUSS S 
(Les /afis physiques sont la jace 
objective des faits psychiques). 
Louis Marcoussis défend avec témérité cette tradition du 
dandysme artistique, de l’aristocratie de la pensée et du 
geste, de l’élégance mentale et corporelle, dont Leonard 
Manet a été l’ultime représentant. Mais ce dandysme n’est 
pas « ce qu’un vain peuple pense ». Marcoussis n’est pas 
un peintre mondain. C’est un esprit singulièrement enclin à 
la méditation, avide de connaissances, à la fois passionné et 
inquiet. Son goût des abstractions, des principes scienti 
fiques, des idées générales se manifeste dans sa conversa 
tion. Marcoussis est la fleur d’une civilisation plusieurs fois 
séculaire. Ce Polonais, installé à Paris depuis un quart de 
siècle, a fait ses études de droit à Varsovie, a beaucoup 
voyagé et beaucoup médité avant d’élire la profession de 
peintre. 
L’adhésion de Louis Marcoussis aux théories cubistes 
n’est pas davantage la conséquence d’un vœu, qu’un effet 
du hasard. Il est temps de détruire le mythe des influences. 
André Lewel écrit dans sa monographie de Pablo Picasso 
que le maître malagaine n’a pas subi, ainsi qu’on le croit, 
l’action des sculpteurs nègres qui lui furent révélés par les 
fauves. 
Cette thèse me semble spécieuse. On ne peut contester 
qu’à l’origine de la « Genèse Cubiste » figurent les 
bois africains. Mais la volonté de reprendre pour son 
compte les données plastiques des masques et des fétiches, 
importés du Gabon et de la Côte d’ivoire, ne diminue en 
rien l’apport de Picasso. L’art nègre et l’art océanien 
croupissaient depuis plusieurs décades en d’obscures musées 
d’ethnographie, lorsque les peintres modernes y firent appel. 
Pour le comprendre et pour l’utiliser, il fallait qu’il répondît 
en eux à une réalité : à une volonté préalable d’expression
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.