NAVIGATION TACTILE 
(poésie tactile — mots en liberté) 
Sous mes pieds à travers le plancher vibrant du 
paquebot une mer solide sûre abstraite froide de 
papier glacé trottoir roulant de résistances cal 
mes continues sur le visage 300 rouleaux de 
soie lisse et de crêpe de soie persuasif et raisonnant 
aube de chinchilla sur le très long onduleux 
divan azuré d’une mer de velours excitant tiède 
de nostalgie se coucher glisser en dormant 
à droite une amoureuse pression de coussins 
(chaque coussin hauteur 50 mètres) 
Un irritant chaud très volontaire vent de soie 
granuleuse et de peau de chamois ce vent est 
brutalement mis en pièces anéanti par un bombar 
dement imprévu d’éponges glacées 
Lente humanisation de l’atmosphère au cou 
chant sur ma nuque tombent 20 forêts de che 
velures féminines (chaque forêt 150000 chevelures) 
Voilà 300 chevaux galopants tous gonflés de sang 
lyrique se frottent les flancs contre mon nez 
Sans fin puis à toute vitesse 2000 chiens for 
cent le détroit de mes jambes 
Pause immobilité 
Apathie 
8 lents kilomètres d’éventails de plumes 
Du sud-est monte une attaque de ronds cristaux 
élastiques pleins de ressorts suaves (cela dure 10 
minutes) 
Dégringolade de coussins de soie chaude (envi 
ron 3000) suffocation 
Du fond du couchant s’avancent rapides 3 mai 
sons en papier de verre bleu mais derrière mes 
épaules surviennent 2 tours (100 mètres) de soie lisse 
qui m’enjambent 
Très haut sur le 
8 ballons (diameli 
m è Li 
l’un en velours blanc l’autre en laine de 
Pyrénées verte 
ressent les joues 
tous l’un après l'autre me ca- 
à droite 2 autres maisons de moire rouge (hau- 
elles s’ouvrent toutes grandes 
teur 400 mètres) 
comme des livres démesurés et se transformant en 
brosses perpendiculaires démesurées puisque leurs 
murs de moire rouge sont hérissés des bras noirs 
ges 
des locataires aux fenêtres 
Ces maisons livres brosses me brossent le front 
choc global sur mon visage de toutes ces mai- 
sons-livres-brosses de moire pêle-mêle avec les bal 
lons de laine et les tours de soie 
Pause 
Nuit de fourrure de loulre sur la mer de renard bleu 
Pause 
3 houppes parisiennes aux lèvres du comman 
dant debout sur la dunette dans son caban qui sue 
salé de reflets glacés 
sur mer 
transposés tout d’un coup 
un coup de revolver 
fini 
qui est ta sœur et qui pourrait l’être 
sous la claire étoffe disent les dames il y a des larme 
atlantique de l’ennui 
qui le patience dans les creusets modifiables 
devant le musulman 
bords brûlants de la parole 
o surgis de la forêt et chevauche 
a bsa Ion 
la mort papale spéciale et délicate 
TRISTAN TZARA 
F. T. MARINETTI 
Enrico Prampolini
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.