— 12 — 
Déjà 
Quelqu’un s’en va 
Pour survivre à la nuit 
L’oiseau vibre comme un réveil 
Dans le rideau 
Rayon emprisonné 
La guêpe a quitté son corset 
La dame a mis ses bracelets 
La baignoire est pleine 
La Mer PIERRE REVERDY 
UNE NUIT DANS LA PLAINE 
Je descendis de la colline où le soleil joue dans les glaces du phare. 
La nuit, derrière la porte où l’on avait rassemblé les races les 
plus différentes quelqu’un parlait encore, en rougissant. 
L’exposition de 1900 était depuis longtemps finie. Maintenant on 
abattait les animaux autrefois exposés. Le succès n’en était pas moins 
grand. 
Ici on se recueillait, dans le calme, à l’abri du danger qui menaçait 
partout ailleurs les autres hommes qui pouvaient compter pour un 
moment, puis jamais plus. 
On riait même et l’on pensait tout le mai que l’on n’osait pas dire 
de son voisin. 
Quelques fleurs avaient roulé en s’effeuillant sur le bord de la 
table. 
* 
* * 
Après le premier service on apporta les viandes et l’Indien s’abstint 
chastement de peur de renouveler son crime et de dévoiler à tous son 
origine. Un anthropoïde honteux qui était là n’aurait pas voulu man 
ger son frère, présenté sous un autre nom. 
Au bout de la table un vieil abbé en habit démodé s’abstint aussi.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.