2 
CHRONIQUE MENSUELLE 
POÈMES EN PROSE. — En remontant aux plus anciens temps on trouve des 
auteurs qui ont écrit des œuvres absolument telles que ce qu’on appelle aujourd’hui 
« Poèmes en prose ». Mais, de notre époque, un précurseur fut Aloysius Ber 
trand avec : « Gaspard de la nuit », livre d’après lequel Beaudelaire fit ses 
« Poèmes en prose ». On sait à quel point il réalisa un genre différent. Et si 
lui-même, dans sa préface, ne nous indiquait pas d’où il est parti, nous l’aurions 
toujours ignoré. Oscar Wilde écrivit aussi en prose des poèmes qui ne sont pas le 
meilleur de son œuvre pour ceux qui la jugent aujourd'hui complète. Enfin de 
nos jours tous les poètes ou presque font ou ont fait plus ou moins du poème en 
prose. Et cela dans tous les pays. Et il faut reconnaître que le précurseur de ce 
genre actuel, celui chez qui ont puisé tous ceux qui publient encore des poèmes 
en prose, c’est Arthur Rimbaud. Certains ont seulement ajouté à ce qu’il a 
apporté la technique des poèmes persans, chinois et japonais. 
Il serait inadmissible de refuser à ce génie bizarre et incomplet la seule part 
qui lui revient. Celle d’avoir créé et encore plus pressenti un métier nouveau, 
une structure littéraire neuve qu’il n’a pas poussée plus loin que l’œuvre inachevée 
u 5 tour, le m md^ c mnait. Tout le monde aussi voudrait être aujourd’hui l’inven 
teur du poème en prose et de l’esthétique qui en constitue la plus grande valeur. 
Il est un peu tard. Rimbaud est mort depuis longtemps mais son œuvre reste. Il 
n’est défendu à personne d’y puiser un enseignement. Cela n’autorise, cependant, 
pas à se parer de plumes qui ont poussé sur le dos d’un autre. 
EXPOSITION. — Depuis la guerre « les Indépendants » ont essayé de se 
produire en des expositions fragmentaires dont les circonstances faisaient excuser 
l’insuccès. On aurait pu espérer que dans la belle salle de la rue de la Ville-l’Evê- 
que, l’exposition de cette année serait mieux réussie. 
Je ne crois pas qu’on puisse sortir satisfait après avoir examiné les toiles qui 
pour le moment couvrent les murs. Il n’y aurait à citer que quelques noms déjà 
très connus et des toiles de peintres qui ne sont plus là. Ce n’est précisément pas 
ce que Ton cherche aux Indépendants. D’ailleurs les derniers n’y gagneraient 
rien et les premiers ne sont pas tellement avides de réclame. Aussi bien n’est-ce 
guère le moment d’en faire à quiconque. Il vaut mieux dire que, décidément, 
l’Exposition des « Indépendants » n’est plus aujourd’hui une chose possible. Ils 
perdent vraiment trop à être peu. 
Et pourquoi donc se servir de cette étiquette prestigieuse qui ne peut qu’évo 
quer infailliblement en nous la foire de peinture unique au monde qui tous les 
ans dressait ses tentes où le lui permettait l’hostilité officielle? Le nom de cette 
manifestation grandiose, terriblement anarchique, où l’on constatait tous les 
efforts et toutes les erreurs, qui attirait tous ceux qu’intéresse autre chose que 
l’art officiel, ne peut être emprunté pour désigner un groupe de peintres quel 
qu’il soit, sans attirer les visiteurs vers une déception. C’est un rapetissement 
qu’il ne faut pas encourager, car il y a des gens que l’étiquette trompe. Il y a 
même ceux qui se croient obligés de venir manifester là très haut, à cause d’elle, 
les sentiments d’indignation, les moqueries que Ton connaît et vraiment... il n’y 
a pas de quoi. Ils n’en sont d’ailleurs que plus pénibles à entendre. Et si je crois 
qu'il ne faut pas trop prendre de peine pour éduquer le « public » je crois aussi 
qu’il faut éviter de le tromper. On ne doit donc pas risquer de diminuer par des
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.