Tu accarezzi il levriere che ti alita su le mani e sbianchi nel 
delirio terribile della morfina 
GINO CANTARELLI 
SENTIMENTS DANS LES PALACES 
Atmosphère de palace — girandoles — 
agapes de fruits sur les nappes — nikel — 
• « 
cuir — cuivre — étincellements — 
et dans les couloirs kilométriques 
# 
les Males. 
Hall — coupole — verrières sur la Mer 
claire — claire — et les analyses des banquises 
du Pôle — 
Agonie du soleil vers l’Infini 
au delà du promontoire et des naufrages 
il a forcé le blocus des sentiments 
par sa MORT. 
Gens de Palace — gens de Palace — écoutez-moi : 
je suis le bon petit avertisseur — 
l’observateur — et les cuis-cuis — de votre cœur 
je les attends comme sœur Anne 
d’une tour. 
Je suis votre âme-sœur des wagons-lits et je hante 
comme vous — comme vous — les thermes et les mers. 
Ne courez pas ainsi voir le soleil MOURIR. 
Vous resteriez fixés comme un coléoptère 
au verre — au verre des verrières 
circulaires. 
La mort — la mort — sonnez fanfares 
à pleine gorge — la mort — mort 
çà sent mauvais gens de Palace — 
à voir en face — 
et je m en vais — bouchez vos nez 
le nez de vos petits sentiments sur mesure 
et de votre irréligion sans avenir — 
Finir — Finir — 
Futur — Futur —
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.