Il appert à des signes indéniables, que nous avons 
escaladé la crise préparatoire. Le problème psycho 
logique de l'heure touche à sa fin. 
Campons-nous donc, les jambes bien larges et l’oeil 
bien fixe, en face du problème succédant — ébauché 
par nos prédécesseurs, et qu’il sied à nous de parfaire 
— : la métaphysique de l’heure! 
Ne vous alarmez pas pour l’étroite liaison où je marie 
art et philosophie. 
Ne pas se raidir dans la podagre théorique, ni s’en 
gouffrer dans les engrenages du doctrinalisme; 
mais, par l’ ( ,amitié du savoir" marquer l’état de grâce 
que l’on atteint par la suprême intelligence. 
Si l’on réussit à unir indissolublement l’organique de 
l’art avec l’état philosophique, nous n’essuyrons plus 
l’humiliation de nous voir traités de gouapes et de 
malpeignés . . . 
et nous ne blesserons point non pins la charmante et 
sublime légèreté que la littérature, depuis Stendhal, et 
la peinture, depuis Cézanne, nous avaient rendue 
coutumière ... 
car c’est bien de là que le laitage philosophique dé 
coule abondamment. 
Les libres bonds de la pensée, les progrès de la 
plastique, la pureté des conceptions, se fécondent sans 
relâche par l’exaltation croissante de la philosophie .. 
mi< tinii.C! i-irAf'Àrla <-> o n + î 11 ni 1 onri tstif. mnnnp 1111 _ Uphi 
—rj’cn ïrcrcrî: pri —tÂ/i IT.iïTt. CTI wTT v. rît îttî -trcrrtï- 
nuage tentateur . . . 
ce qui n’implique pas le moins du monde la manière 
plate et massive . . . 
Zola employa des formes granitiques et ferrugineuses 
pour ne raconter que des balivernes. 
Grâce à la merveilleuse perspicacité d’Héraclite 
d’Ephèse, il existe un codex, daté de la soixente- 
neuvième olympiade, qui différencie géométriquement: 
science-esthétique . . .-intelligence . . - 
Prononçons le credo de l’antisocialisme : 
„I1 y a disparité entre les hommes. La société 
11’existe qu’en tant que matière, — moralement c’est 
une conjecture—. 
Les raisons singulières, réunies en faisceau, n’informent 
point une monade compacte dans son unité : ce n’est 
qu’un ainas diaphane et moléculaire, libre de contours, 
de marches, de frontières. 
Pourtant l’opinion publique est d’une élasticité mer 
veilleuse : changeante, tournante, multifaciale : phare 
sans lumière, car en effet elle ne brille pas —. Devant 
chaque éventualité nouvelle, elle place une nouvelle 
façade, avec un à propos aussi commode qu’in 
volontaire. 
Même jeu en politique : l’histoire enseigne ! 
La question qu’uniquement nous intéresse : l’amour et 
l’étude d’une psychologie extrahumaine. Fonder une 
sorte de stendlialianisme universel. 
Déterminer, par la substance de l’art, l’aspect violent 
de la sublime imperfection de la vie . . . 
Le monde est parfait, disait Plotin, mais à condition 
de lui laisser toutes ses laideurs. 
Nous sommes des féticheurs civilisés. Arrachons l’âme 
à toute chose: de la montagne jusqu’à la tabatière. 
H. RICHTER: G ravüre son bois. 
KOiûEÂy 
Toutes les idéologies, 
toutes les signalations, 
toutes les formographies, 
en de flèches droites comme les rayons, d’une roue 
convergeants vers l’articulation centrale, se sont ex 
quisement penchés vers les arts, dans l’enlacement 
circulaire d’un cadran de boussole ou de la rose 
figurative des vents. 
C’est pourquoi l’art pénètre désormais dans de voies 
non moins géographiques qu’astronomiques. 
Sur la même horizontale 
les plans de l’architecte babylonien 
ouvrent la marche au caravelles de Cristophe 
Colomb, 
limaces qui grimpent sur la planète légère 
comme une pamplemousse 
lancée par l’arbalète d’un appareil orthopédique, 
dans l’arc exquis du ciel youcatanais. 
„C’est la poésie et la peinture, messieurs-dames!" 
La musique, bien que de vieille souche céleste, 
quoiqu’apparentée à la plus ancienne noblesse plané 
taire — les mondes, dans leurs quadrilles, chantent 
merveilleusement — reliée aux ferronières platinées 
des étoiles ... du temps déjà où Pythagore armait 
les phtongues de chiffres militaires, comme des 
armées en maneuvre ; ia musique, dis-je, faisant fi de 
son passé illustre, s’est engluée, comme une putain 
tertiaire, dans les marécages floréaux! . . . 
par l’influence néfaste de certains musicofacteurs, classi- 
fiables un échelon plus bas que les semnopythèques 
— singes mélancoliques 
(A ce point l’auteur descend brusquement de la 
cathèdre d’où il endoctrine les foules, d’une voix 
blanche il susurre: 
messieursdam’s, aurevoir et merci !... 
excusez . . . je . . je . . je suis surpris . . . 
par la colique !... 
et s’esquive). 
ALBERTO S A V I N I O
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.