qu’elle soit un monstre qui fait peur aux esprits ser 
viles, et non douceâtre pour orner les réfectoires des 
animaux mis en costumes humains, illustrations de 
cette fable de l’humanité. — 
Un tableau est l’art de faire se rencontrer deux lignes 
géométriquement constatées parallèles, sur une toile, 
devant nos yeux, dans une réalité qui transpose sur 
un monde à d’autres conditions et possibilités. Ce 
monde n’est pas spécifié ni défini dans l’œuvre, 
appartient dans ses innombrables variations au spec 
tateur. Pour son créateur, elle est sans cause et 
sans théorie. 
Ordre = désordre, moi = non-moi, affirmation = né 
gation : rayonnements suprêmes d’un art absolu. 
Absolu en pureté de chaos cosmique et ordonné, 
éternel dans la globule seconde sans durée sans re 
spiration sans lumière sans contrôle, gj J’aime une 
œuvre ancienne pour sa nouveauté. Il n’y a que le 
contraste qui nous relie au passé. g| Les écrivains qui 
enseignent la morale et discutent ou améliorent la 
base psychologique, ont, à part un désir caché de 
gagner, une ridicule connaissance de la vie, qu’ils ont 
classifiée, partagée, canalisée; ils s’entêtent à voir 
danser les catégories lorsqu’ils battent la mesure. 
Leurs lecteurs ricanent et continuent: à quoi bon? 
Il y a une littérature qui n’arrive jusqu’à la masse 
vorace. Œuvre de créateurs, sortie d’une vraie né 
cessité de l’auteur, et pour lui-même. Connaissance 
d’un suprême égoïsme, où les lois s’étiolent. || Chaque 
page doit exploder, soit par le sérieux profond et 
lourd, le tourbillon, le vertige, le nouveau, l’éternel, 
par la blague écrasante, par l’enthousiasme des 
principes ou par la façon d’être imprimée. Voilà un 
monde chancelant qui fuie, fiancé au grelots de la 
"gammeinîernale, voila de’l’autre côt?^ms hommes 
nouveaux. Rudes, bondissants, chevaucheurs de 
hoquets. Voilà un monde mutilé et les médicastres 
littéraires en mal d’amélioration. 
Je vous dis : il n’y a pas de commencement et nous 
ne tremblons, nous ne sommes pas sentimentaux. Nous 
déchirons, vent furieux le linge des nuages et des 
prières, et préparons le grand spectacle du désastre, 
l’incendie, la décomposition. Préparons la supression 
du deuil et replaçons les larmes par les sirènes tendues 
d’un continent à l’autre. Pavillons de joie intense et 
veufs de la tristesse du poison. § DADA est l’enseigne 
de l’abstraction; la réclame et les affaires sont aussi 
des éléments poétiques, g 
Je détruis les tiroirs du cerveau, et ceux de l’organi 
sation sociale: démoraliser partout et jeter la main 
du ciel en enfer, les yeux de l’enfer au ciel, rétablir 
la roue féconde d’un cirque universel dans les puis 
sances réelles et la fantaisie de chaque individu/} 
La philosophie est la question : de quel côté commen 
cer à regarder la vie, d ; eu, l’idée, ou les autres ap 
paritions. Tout ce qu’on regarde est faux. Je ne 
crois pas plus important le résultat relatif, que le 
choix entre gâteau et cerises après dîner. La façon 
de regarder vite l’autre côté d’une chose, pour im 
poser indirectement son opinion, s’appelle dialectique, 
c’est-à-dire marchander l’esprit des pommes frites, en 
dansant la méthode autour. 
Si je crie: 
Idéal, idéal, idéal, 
Connaissance, connaissance, connaissance, 
Boumboum, boumboum, boumboum, 
j’ai enrégistré assez exactement le progrès, la loi, la 
morale et toutes les autres belles qualités que de 
différents gens très intelligents ont discuté dans tant 
de livres, pour arriver à la fin, à dire que tout de 
même chacun a dansé d’après son boumboum per 
sonnel, et qu’il a raison pour son boumboum, satis 
faction de la curiosité maladive ; sonnerie privée pour 
besoins inexplicable ; bain ; difficultés pécuniaires ; 
estomac avec répercussion sur la vie ; autorité de la 
baguette mystique formulée en bouquet d’orchestre- 
fantôme aux archets muets, graissés de philtres à 
base d’amoniaque animal. Avec le lorgnon bleu d’un 
ange ils ont fossoyé l’intérieur pour vingt sous d’una 
nime reconnaissance. § Si tous ont raison, et si 
toutes les pilules ne sont que Pink, essayons une 
fois de ne pas avoir raison. f| On croit pouvoir ex 
pliquer rationnellement, par la pensée, ce qu’on écrit. 
Mais c’est très relatif. La pensée est une belle chose 
pour la philosophie mais elle est relative. La psycho 
analyse est une maladie dangereuse, endort les pen 
chants anti-réels de l’homme et systématise la bour 
geoisie. Il n’y a pas de dernière Vérité. La dialec 
tique est une machine amusante qui nous conduit 
/d’une maniéré banale/ aux opinions que nous au 
rions eu en tout cas. Croit-on, par le raffinement 
minutieux de la logique, avoir démontré la vérité et 
établi l’exactitude de ces opinions? Logique serrée 
par les sens est une maladie organique. Les philo 
sophes aiment ajouter à cet élément : Le pouvoir 
d’observer. Mais justement cette magnifique qualité 
de l’esprit est la preuve de son impuissance. On 
observe, on regarde d’un ou de plusieurs points de 
vue, on les choisit parmi les millions qui existent. 
L’expérience est aussi un résultat de l’hazard et des 
facultés individuelles. |{ La science me répugne dès 
qu’elle devient spéculative-système, perd son caractère 
d’utilité — tellement inutile — mais au moins in 
dividuel. Je hais l’objectivité grasse et la harmonie, 
cette science qui trouve tout en ordre. Continuez, 
uù' 
sommes les serviteurs de la nature: tout est en ordre, 
faites l’amour et cassez vos têtes. Continuez mes 
enfants, humanité, gentils burgeois et journalistes 
vierges ..... 1 Je suis contre les systèmes, le plus 
acceptable des systèmes est celui de n’avoir par prin 
cipe aucun. gj Se compléter, se perfectionner dans sa 
propre petitesse jusqu’à remplir le vase de son moi, 
courage de combattre pour et contre la pensée, mystère 
du pain déclanchement subit d’un hélice infernale en 
lys économiques : 
La spontanéité dadaïste. 
Je nomme jem’enfoutisme l’état d’une vie où chacun 
garde ses propres conditions, en sachant toute-fois 
respecter les autres individualités, sinon se défendre, 
le two-step devenant hymne national, magazin de 
bric-à-brac, T. S. F. téléphoné sans fil transmettant les 
fugues de Bach réclames lumineuses et affichage pour 
les bordels, l’orgue diffusant des œillets pour Dieu, 
tout cela ensemble, et réellement, remplaçant la photo 
graphie et le catéchisme unilatéral. 
La simplicité active. 
L’impuissance de discérner entre les degrés de clarté : 
lécher la pénombre et flotter dans la grande bouche 
remplie de miel et d’excrément. Mésurée à l’échelle 
Eternité, toute action est vaine — (si nous laissons la 
pensée courir une aventure dont le résultat serait in 
finiment grotesque — donnée importante pour la 
connaissance de impuissance humaine). Mais si la 
vie est une mauvaise farce, sans but ni accouchement 
initiel, et parceque nous croyons devoir nous tirer 
proprement, en chrysantèmes lavées de l’affaire, nous 
avons proclamé seule base d’entendement : l’art. Il n’a 
pas l’importance que nous, reîtres de l’esprit, lui 
chantons depuis des siècles. L’art n’afflige personne
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.