poussieres dont les peintres des couchers de soleil voilaient 
cette somptuosite se dissipent d'un coup. Ce que le chromo 
avait le plus abime au fond de notre regard se nettoie et se 
revigore. Cette banalite redevient sublime. Ce qui n’etait plus 
que pittoresque, c’est-ä-dire ce qui n’etait plus ä peindre (cre- 
puscules, levers de lune) redevient pictural — repasse de la 
carte postale au tableau de musege, y menage je ne sais quelle 
incroyable fantasmagorie, quel presage d’apocalypse — un flux 
d’e&meraudes et de saphyrs, un retour des celebres coulees d’or, 
une profusion de topazes et de tourmalines, mais chargees d'une 
lumiere qu'on croyait eteinte depuis des siecles. 
Comme resplendissent soudain dans la galerie de monstres 
composee par ce solitaire qu'on tient pour mysogine, Il’Imma- 
culee Conception et quelques-unes de ses sceurs cadettes, 
Marthe, Veronique, ou la fillette de Domremy, ainsi cette inno- 
cence souveraine &clate dans notre cataclysme, domine notre 
terre endeuillee, nos carcasses desolees, nos maisons reduites 
en cabanes, nos arbres carbonises. La nature la plus tenebreuse 
s’illumine. — Ah! comme lTautre, elle n'est pas radicalement 
pourrie ! Elle n’est que blessee, lesee ! 
II aura ainsi suffi &4 Rouault du classique firmament de !’Ile- 
de-France, pour garder un sourire dans ses vivisections. Il lui 
aura suffi d'un acces ä cette immensite pour atteindre une autre 
transcendance, aspirer ä une grandeur plus sublime, plus inde- 
fectible et qui debordait la conscience meme du peintre. Et si ce 
vieillard, qui n'a certes pas manque d’angoisse devant le Reel, 
s’arrete aujourd’hui ä contempler, aussi eperdument qu’'un en- 
fant, une 6toile du soir, c'est qu'il a de quoi trouver en elle, non 
une alle&goire desuete ou une distraction quelconque, mais un 
symbole, tout frais et tout ineffable, de l’Esperance qu'il recüt 
de cette croix qui troua jadis un horizon de Proche Orient. 
Qui a une fois apprehende I’ Absolu, peut le rejoindre par 
tout le relatif et de toute chose faire un signe. 
Abbe Maurice Morel 
A
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.