© 
celle des Chefs d’œuvre récupérés en Allemagne de l’Orangerie, 
celle des Chefs d’œuvre des Ecoles Etrangères du Musée du 
Louvre déployaient comme une immense traîne, au long du 
fleuve, et le Petit Palais ouvrait à son tour ses portes sur 
l’Exposition des Chefs d’œuvre de la Peinture française qu’il 
abrite encore aujourd’hui. 
Ce n’est pas, en effet, avec ses propres collections que le 
Petit Palais a fait sa réouverture. Des réparations entreprises 
au Musée du Louvre interdisaient pour de longs mois l’ouver- 
ture des salles réservées à l’Ecole Française. Il importait pour- 
tant que le plus vénérables chefs-d’œuvre de notre école 
nationale fussent offerts sans retard aux regards d’un public 
privé depuis sept ans de leur présence. C’était comme une 
question de préséance et les Collections de la Ville de Paris 
ont laissé passer devant elles celles de la Nation. Le Petit 
Palais s’est effacé devant le Louvre en accueillant le Louvre 
dans ses murs. 
Mais ces Collections de la Ville de Paris étaient pourtant 
d’une qualité assez haute pour qu’un grand nombre de, leurs 
plus belles pièces puisse figurer à côté des plus hauts chefs 
d’œuvre de notre musée national. Corot, Courbet et Daumier, 
par exemple, étaient représentés au Petit Palais par des toiles 
aussi belles que les plus belles toiles du Louvre. Les collections 
de la Ville de Paris et celles de l’Etat se sont donc unies pour 
composer un ensemble éblouissant sous le signe de la grandeur 
et du charme de la France. 
Mais un grand nombre d’œuvres appartenant au Petit 
Palais n’avait pu trouver place dans cette exposition qui, 
si elle remontait jusqu’au XIV®° siècle, s’arrêtait à Manet. Tous 
les chefs-d’œuvre de l’époque contemporaine, les Cézanne, les 
Gauguin, les Lautrec, les Renoir, revenus depuis peu de leurs 
refuges provinciaux, avaient dû rester dans les réserves du 
Petit Palais. Il en était de même pour toutes les œuvres de 
la Collection Dutuit et de la Collection T'uck, tableaux anciens
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.