Full text: Jeunes peintres Français et leurs maîtres

KOSTIA TERECHKOVITCH 
KosTia TERECHKOVITCH est né le 1e" mai 1902, à Mécherskaïa près de Moscou. Dès 
son enfance, il s’émerveille devant la peinture française, en visitant les collections de 
M. Stchoukine, plus tard réunies au Musée d’art moderne de Moscou. Cézanne, Gauguin, 
Matisse, Derain lui sont familiers. Il entre à 15 ans à l'Ecole des Beaux-Arts pour préparer, 
à la demande de ses parents, une carrière d’architecte plus convenable, pensent-ils, que celle 
de peintre. Mais Terechkovitch n’a qu’une idée: venir en France, pour voir de près cette 
peinture qui l’a bouleversé. Après une extraordinaire odyssée il parvient à débarquer à 
Marseille. Après avoir vécu de besognes sur le port, il peut venir à Paris. Il arrive un matin 
d’août 1920. Il est d’abord livreur, puis entre chez un sculpteur, et accepte de poser nu Le 
Travail aux côtés de La Démocratie. 
Dès 1922, Kostia Terechkovitch apporte au directeur des Nouvelles Liltéraires, Jacques 
Guenne, des toiles où l’on voyait des maisons toutes de guingois avec de jolis roses, de jolis 
verts et de petits personnages de couleur. Après la peinture française, après Renoir et 
Bonnard, qui sont ses peintres préférés, il découvre notre pays. Et ce qu’il a d’un peu 
barbare fond au soleil de l’Ile-de-France, non sans laisser quelques beaux souvenirs. Il a, 
d’abord, peint le portrait du garde champêtre d’Avallon, dont le nez s’agrémente de la raie 
de Chardin. Puis, il a peint nos vergers, nos filles, nos ballerines. Le French Cancan lui 
a permis d’offrir à sa peinture de beaux éclaboussements. Il a peint nos saint-cyriens. 
Il a épousé la plus douce jeune fille de Normandie. Ses enfants sont de beaux enfants de 
France. Il a fait le portrait de Bonnard, de Matisse, de Derain, d’Utrillo qui sont de précieux 
témoignages. Terechkovitch, malgré son nom, est un des meilleurs peintres français d’aujour- 
d’hui. Je comprends mieux désormais pourquoi si tristement, il y a vingt ans. il me deman- 
dait: « Qu'est-ce que c’est: la Tradition ? - 
CHARLES WALSCH 
CHARLES WALscH est né à Thann en Alsace. Son art, à mi-chemin entre la peinture 
et l'imagerie, est sous le signe des fleurs dont l’exubérance s’installe au milieu de ses paysages, 
de ses compositions. Ses curieux personnages semblent les figurants d’une fête perpétuelle. 
La joie est universelle. Elle naît de ses couleurs pimpantes. On a parlé de Chagall à propos 
de Walsch, mais il n’y a pas de rapport entre les héros du peintre de Vitebsk qui marchent 
sur les toits, frappent le ciel de leur canne, et les acteurs de Walsch qui, pour jouer l’opérette. 
adhèrent bien au sol. 
A5,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.