Full text: Zeichnungen französischer Meister von David zu Millet

mule ce doute, que V’on Evoque Venigmatique et feerique fascination 
d’une vaste toile comme la Ronde de nuit ou ce mystere d’humanıte 
et de divinite qui se trouve ineffFablement concentre dans le petit tablean 
qwon appelle les Pelerins d’Emmats; et V’on conclut qwil ne faut 
Das trop insister sur une hierarchie plus ou moins arbitraire des lan- 
gages qwemploie tour da tour un homme de genie pour tFraduire le mouve- 
ment de sa pensee. La plume, le crayon ou le pincean d la main, d’est 
le meme extraordinaire Echantillon d’humanitE que nous atmons et 
reverons en Rembrandt, le meme qui se penche Sur nous COMME Un 
fröre et ensuite nous Elive avec Int jusquw.d des altitudes inexplorees. 
C’est une des gloires de V’&cole frangaise d’avoir produit ä toutes les 
Epoques de grands artistes chez qui le peintre et le dessinateur rivali- 
satent d’originalite, de force ou de charme. Il suffit de citer dans les 
siecles qui ont precede lie XTX*, Poussin, Claude et Wattean. 
Au XIX“ sitcle, qui a vu un merveilleux Epanouissement de l’art 
frangais et plus, peut-Etre, d’originaux, d’inventeurs, de pionniers de 
votes nowvelles qwen aucun autre temps, le dessin n’a pas Et moins 
fecond, moins divers, ni moins expressif que la peinture. 
/’ai aborde ä plusieurs reprises un petit probleme de psychologie 
arlıstique qui me semble fort curieux et dont, autant que je sache, per- 
Sonne, Sauf le signataire de ces lignes, ne s’est soucte. On me permettra, 
P’espere, de renouveler ici mon appel ä V’attention des connaisseurs. 
Pourquoi, entre les grands peintres, en est-il un certain nombre qui ne 
dessinent pas om qui dessinent peu, tandıs que d’autres ont Sans cesse 
le crayon ou la plume dä la main pour noter une observation dans le flot 
de la vie qui les enveloppe ou pour donner une premiere forme plastique 
d une idie qui surgit dans leur cerveau ? 
Il se trouve que V’ecole frangaise nous offre un champ d’exberience 
frös propre d reconnaitre et dä caracteriser cette double espece de la 
grande tribu des peintres. Ce west d’ailleurs pas seulement une question 
de quantite. La qualite west pas moins variable. 
12
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.