Full text: Zeichnungen französischer Meister von David zu Millet

envoyes. Or, justement quand ıl parle dans son Journal de cette Expost- 
tion de 1855, Delacroix n’a guere d’Eloges que pour certains peintres 
anglais et pour Meissonier. Que dire de ’admiration exprimete par un 
juge si difficile pour celui que nous considerons aufourd’hui comme le 
plus Eclatant exemple d’une gloire usurpee? Gloire qui d’ailleurs s’est 
Eteinte en moins de temps qwelle wen avait mis 4 briller. Maintenant 
que le retour d’un succes scandaleusement disproportionne west plus a 
craindre, nous devons, je crois, reagir d notre tour contre une reaction 
juste dans son principe, mais eXceSSive dans son intransigeance. Com- 
ment expliquer, toutefois, ainsi que le dit en termes trös justes Bande- 
laire, que «V’auteur de si grandes choses jalousät presque celni qui 
wexcellait que dans les petites 2» 
Je crois powvoir proposer une reponse d cette question, une reponse 
qui vaut Egalement pour CExanne proclamant son ambition d’&ire «regu 
au Salon de M. Bonguereau». Delacroix, comme apres Ini Cezanne, a 
souffert, sans le dire, de ce que les malveillants appelaient sa gaucherie. 
Cette « gaucherie» d laquelle on peut, si on le prefere, donner tout autre 
nom que l’on vondra, cette « gaucherie» que les mediocres ignorent comme 
ils ignorent V’inquietude, est, d mon avis, une ranfon qu une Sorte de 
Nemesis impose parfois aux plus grands des enfants des hommes, 
d ceux qui visent le plus haut, d ceux qui sont toute passion, Fout en- 
thousiasme tout Elan du genie. On comprend alors que, consciemment 
ou non, Delacrotx, dans les heures od son esprit lIutte, comme Jacob 
avec 1’ Ange, contre une force rebelle, ait envi& d Meissonier, im- 
peccable ouvrier de la palette, prince de Lilliput, sa sürete de main, 
sa tranquille certitude de ne pas rencontrer, entre la conception et l’exe- 
cution, d’obstacle. Plus d’une fois il a dü se dire : «Que waurais-ze pas 
accompli de plus grand, de plus beau, de plus parfait si j’avais eu 
U’habilet& de Meissonier !» Je m’ etonne un peu que Baudelaire, aut a si 
bien penetr& dans ses ressorts les plus secrets le genie d’ Eugene Dela- 
Croix, Mail pas songe d cette explication. II nw’avait qu’d se rappeler 
ES
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.