Full text: Juan Gris - du 2 au 26 avril : Fernand Léger, du 30 avril au 25 mai

dépourvus de liaisons ; mais si l’on a le bonheur du tableau est déterminé à priori. Léger est cons- 
de voir les originaux, on s'aperçoit immédiatement cient du danger des combinaisons préméditées, 
que tout en conservant à ses objets une ordonnance où le raisonnement s'épuise de façon lamentable. 
dispersée, Léger les relie ensemble au moyen de Il a observé que la liberté n'est pas la conséquence 
valeurs chromatiques bien accordées. Ces objets d'une subtile industrie, mais, au contraire, le résultat 
dispersés, Léger les place à la distance nécessaire, des audaces imprévues de l'invention. Comme nous 
et, la règle d'accords inventés fait qu'ils y restent. l'avons dit au cours de cet article, Léger 
Combien de science utilise Léger pour créer est d'abord conduit par ses instincts. Ce n’est que 
l’espace et combien le jeu de ces successions par la suite qu'il modifie les suggestions de l'instinct 
d'accords nécessaires à raccorder toutes les valeurs par un travail minutieux, car il est de la nature de 
ensemble, est délicat et périlleux ! On peut s’en l’art de n'arriver à la force qu'après un long entrai- 
rendre compte d'après les toiles où la concordance nement. 
de l'objet et du rythme est plus ou moins atteinte. Ainsi Léger a su, à temps, se soustraire à la ten- 
Selon qu'un objet a été traduit en harmonie ou en dance naturelle vers l'armable et la flatterie. Comme 
désaccord avec les rapports créés par le peintre dans Picasso, au lieu de s'abandonner aux chants des 
sa toile, 11 devient moyen lyrique puissant ou sirènes, il sait au moment nécessaire, parler son vrai 
simple objet aur dérange nos exigences plastiques. langage. 
La même raison de concordance impose à Léger Il en est de même des figures de ces trois 
de régler ces objets sur la surface déterminée par dernières années. Il s’est gardé d'exprimer par leur 
le format de la toile. L'économie de rythmes qui truchement les inquiétudes de son cœur. Picasso, 
en résulte donne à la composition une sécurité qui pour les objets comme pour les figures, se place 
préserve le tableau de toute discordance et lui fait au milieu du drame de l'intimité humaine, Léger 
dégager un sentiment de profonde séduction. pour les objets comme pour les figures, s'en tient 
Il s'en faut bien cependant que cette séduction à leur mécamisme extérieur et sen tire si brillam- 
ait été recherchée. Elle est la conséquence de la ment qu il réussit à procurer au spectateur un senti- 
maturité de l'homme, dont l'esprit est moins troublé ment de perfection qui, pour être différent de celui 
par les agitations créatrices mais indéterminées de que lui procure un peintre de l'intimité, nest pas 
la jeunesse. Un langage plein, sans heurt ou contrac- de qualité inférieure. Léger a parfaitement raison 
ture, témoigne chez Léger de cette véritable force de subir seulement les suggestions venant de la 
faite de souplesse et de rapidité, comme les mouve- perfection de | objectivité. Celles-ci sont le plus 
ments d’un athlète accompli. De même que les souvent des gages de durée autrement importants 
beaux mouvements de l'athlète qui a dominé les que les signes des passions, qui ne sont que vérités de 
résistances de son corps sont séduisants à voir, citconstance. . , , 
de même l'équilibre réalisé par artiste, sous la |Le saisissement qui en résulte est une émotion 
condition indispensable que le rythme soit serré déjà suffisante pour éveiller chez le spectateur les 
et plein de ressort, rend les œuvres plus attirantes. sentiments les plus Intimes. Pour résumer l'œuvre 
L'apport de la couleur serait aussi à considérer de Léger, il faut dire qu'il réussit le tour de force 
dans cette séduction. Parti des gris-bleus, Léger extraordinaire de transformer une impression de 
s'est tout à coup acheminé vers les tons stridents. forme ‚En source durable de réactions émotives 
Les accords de ces tons étaient plutôt sommaires. et il s'assure le pas sur toutes les éloquences du 
À présent, les couleurs sont très équilibrées, ainsi sentiment. 
que les rapports des masses, d’où le caractère 
subtil et prenant des œuvres de 1928 à nos jours. 
Pour un moins grand artiste, la séduction dégagée Par ses préoccupations actuelles comme par ses 
entre 1928 et 1930 de ses œuvres, aurait pu lui être recherches antérieures, l’œuvre de Léger m'appa- 
fatale. Léger, après avoir atteint les limites de la raît sans liens avec le cubisme. Du moins sans liens 
séduction, compatibles avec une grande œuvre organiques. Il est le seul peintre ayant vécu s1 près 
d'art, s’est violemment repris. Des œuvres solides de Picasso sans rien perdre du gouvernement de soi 
et âpres ont été, depuis, réalisées par lui. Plus 1l et de ses propres moyens. 
possède des manières de dire riches, plus il se … Erreur d'optique? Peut-être! Il n'empêche, 
simplifie, et plus ses conclusions deviennent péremp- qu'à la fin de cet article, je me pose pourtant comme 
toires. Qu'on n’aille pas croire que ce mécanisme au début la question : Léger est-il cubiste? 
La plupart des photographies des œuvres de Fernand Léger nous ont été communiquées par les galeries 
Simon, Léonce Rosenberg, Paul Rosenbers. 
+
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.