Full text: Juan Gris - du 2 au 26 avril : Fernand Léger, du 30 avril au 25 mai

E. LAUGIER 
L’œuvre de Fernand Léger constituera un des dit ; mais toujours, à la base, la nature, de laquelle 
témoignages les plus évidents de la profonde révo- s’organise une frange timide d’apport et de créations 
lution qui s’est accomplie dans la peinture au début purement humaines. 
du XXe siecle. Révolution véritable ; je le pense, et Or, brusquement, en quelques années, et c’est là 
je le dis. D’autres époques ont brillé d’un vif éclat la mutation qui déplace le centre de gravité des 
parce qu’elles ont vu se manifester des peintres conceptions picturales, il apparaît aux esprits que 
doués de tempéraments puissants et originaux. c’est cette frange d’apport et de créations humaines 
Mais l’apport des quarante dernières années est qui est l'essentiel de l’œuvre d’art ; que le tableau 
autrement riche, autrement fécond. Autrement lourd peut et doit être une pure invention du peintre ; 
d’avenir ; il est constitué par l’apparition d’une une synthèse aussi complexe et ordonnée que pos- 
conception nouvelle sible, d’éléments pla- 
des buts même de stiques purs : une 
la peinture, concep- organisation intelli- 
tion nouvelle, qu’une = , gente, équilibrée, de 
série de peintres par- Si | lignes et d’arabes- 
ticulièrement doués A + ques, de surfaces et 
et ayant une intel- | NM ve w de représentations de 
ligence particulière- | § KR volumes ; de couleurs 
ment lucide des ob- MM Me Ee Hi iia et de valeurs; sans 
Jectifs et des moyens ee on a 1 . que cette œuvre soit 
de leur art, ont éla- Je pan - + . , tenue de reproduire 
borée lentement, ont a È fidèlement quelque 
exposée avec clarté er W ; realite naturelle, 
et ont imposée à un À comme une sonate 
public étendu, mais, Cok _ r ou une symphonie 
sans doute encore [€ À — sont des organisa- 
limité. H F 24 tions de rythmes, de 
Ici, les historiens M ki . = lignes mélodiques, 
auront leur mot à Wi vi * 4 . d’intervalles, de tim- 
dire. Ils signaleront TN By | À bres, ou d'accords, 
que l’on peut trouver NS # PF M0 sans qu’elles soient 
des correspondances À pi. AK — = astreintes à quelque 
avec le cubisme dans i gs“ Rehr aw harmonie imitative 
Ingres, que les re- ne + } = + dh de quelque ordre que 
cherches de dessin © fo a. ce soit. Et du coup, 
synthétique de Léo- È NE 7 tout une école, ces- 
nard de Vinci ne sont 2. wr sant de copier, de 
point sans parenté SL - traduire ou d’inter- 
avec les inquiétudes oo préter avec timidité, 
constructives des AE Lal devient créatrice 
peintres modernes, OMS, d’un monde plasti- 
etc., etc... Ils n’ont OK ed ‘i Bp > que, fruit de sa sen- 
point tort, car un = WE Zur A , sibilité et de son ima 
mouvement même HN FE ? g gination et qu’elle 
explosif, a toujours a, BF a ordonne en des har- 
quelques racines dans 2 ue: 8 monies condition. 
le passé et il ne se- eT TE il - nées par les structu- 
rait sans doute pas res spirituelles logi- 
impossibledetrouver 1918. LE moreuRr. Cl. L. Rosenberg. ques de l’homme. 
dans les dessins des Si l’on peut s’éton- 
grottes préhistoriques, quelques indices des préoceu- ner de quelque chose, c’est qu’une telle concep- 
pations actuelles. N’empêche que, au début de ce tion des buts de la peinture n’ait été clairement 
siècle, une mutation brusque s’est produite dans les énoncée que de nos jours. 
conceptions des peintres ; la grosse majorité des Pourquoi un tel retard, alors que tant d’autres 
peintres de talent, s’est trouvée animée de préoc- arts, ou, tant d’autres activités humaines, se sont 
cupations nouvelles et, en quelques années, les buts depuis si longtemps, évadées de l’imitation pour 
assignés à l’œuvre picturale ont été transposés. aborder la création véritable? 
Cézanne, Matisse, Picasso, Braque, Léger. Demande-t-on à la science de reproduire la 
Quelle est donc l’essence de cette rénovation foudre? Elle analyse les lois de l’électricité et 
brusque? Initialement, primitivement, le peintre construit des tramways électriques ou des sta- 
essaye de reproduire sur la toile, quelque spectacle tions de T. S. F. Confinera-t-on la thérapeutique 
naturel, qui l’a touché, un coucher de soleil qui l’a dans les voies primitives de la recherche des 
ému, un document pris sur le vif, dont les éléments plantes médicinales naturelles? Assurément non ; 
lui ont paru avoir une efficacité méritant d’être elle a d’abord utilisé les infusions de digitale; puis 
fixée et transmise. elle en a extrait l’élément thérapeutique efficace 
Travail à base de sélection photographique, auquel (digitaline). Puis elle construit des potions synthé- 
se surajoute une certaine part plus ou moins grande, tiques, qui n’ont pas d’équivalent naturel et qui 
suivant le tempérament du peintre, d’interprétation, combinent en exaltant leur efficacité, les éléments 
de traduction ; l’homme ajouté à la nature, a-t-on thérapeutiques purs. Il y a longtemps que l’art
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.