Full text: Schweizerische Städtebau-Ausstellung Zürich 1928

67 
DROIT DE SUPERFICIE 
Lorsqu’on s’efforce d’organiser d’une manière rationnelle et éco 
nomique un quartier urbain, de tracer avec logique le réseau 
des avenues, d’ordonner les bâtiments de façon hygiénique, on 
se heurte toujours en dernier lieu à un grand obstacle: les li 
mites des propriétés privées. Il faut alors recourir aux échanges 
et aux remaniements parcellaires, ou si l’on ne peut aboutir par 
ces moyens, entrer dans la voie toujours longue et dispendieuse 
de l’expropriation. 
Et, lorsqu’enfin tout est réglé, que plan d’ensemble et système 
de parcellement sont agréés de tous, le résultat demeure mé 
diocre. Même dans le cas le plus favorable, lorsqu’il s’agit d’un 
quartier en ordre discontinu, on ne peut éviter une grande 
diversité dans les hauteurs, les alignements et le genre des bâti 
ments; toute vue d’ensemble fait défaut, il n’y a qu’irrégu- 
larité et le plus souvent laideur extrême. Chaque parcelle est 
utilisée au hasard des fantaisies individuelles. Cependant, si le 
programme de construction est très important, s’il s’agit de 
créer toute une «colonie», on préfère beaucoup utiliser les do 
maines étendus, aussi les grandes propriétés sont-elles inévitable 
ment sacrifiées les premières à l’extension urbaine; et l’on 
semble ignorer souvent tout ce que représente de beauté et 
d’agrément pour une ville, ces vastes et magnifiques espaces non 
bâtis. Il n’en fut pas toujours ainsi. 
L’ordonnance régulière et systématique que l’on peut observer 
encore dans les vieilles parties de Zurich, de Winterthour, de 
Berne, de Morat ou de Thoune, comme dans le Petit-Bâle, 
comme à Soleure, à Bienne et dans bon nombre d’autres an 
ciennes villes, résulte essentiellement du fait que le sol appar 
tenant jadis à la communauté, était de ce fait propriété d’un 
seul. On le répartissait alors aux nouveaux bourgeois, par quar 
tiers, suivant un ordre bien défini. Mais avec le développement 
et le morcellement progressifs de la propriété foncière privée, 
qui caractérise les temps modernes, la possibilité de diriger sys
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.