— 13 
enfin, de M. Étienne Clémente!, ministre du Commerce, le 
dernier travail auquel Rodin ait mis la main, tous dignes des 
plus beaux parmi les premiers. 
L’œuvre de Rodin, on le voit, est considérable. Il faudrait y 
joindre une profusion d’aquarelles, de dessins et de croquis, car 
le maître dessinait constamment. Le musée Rodin en compte 
environ 5,000 et il faudrait ajouter à ce chiffre tous ceux qui 
sont en circulation, que Rodin a vendus et surtout qu’il a donnés. 
C’est une existence extraordinairement laborieuse. Mais Rodin, 
si sensible aux choses de la vie, si ouvert à tout ce qui se passait 
autour de lui, si humain et si passionné\ avait une passion qui 
dominait toutes les autres, celle du travail. On sait qu’il a aussi 
beaucoup noté, beaucoup écrit sur son art, sur ses observations 
et ses contemplations. 
Cette belle existence si remplie ne fut guère coupée que par 
quelques voyages en Belgique, pays si pleins de souvenirs pour 
sa femme et pour lui, en Angleterre, où il avait tant d’amis et 
surtout à Rome, qui fut une de ses patries intellectuelles de 
prédilection. En 1902, il fut appelé à Prague pour une exposition 
de ses œuvres. On le tenta d’accomplir un voyage en Amérique, 
où il avait nombre d’admirateurs enthousiastes et, particulière 
ment, d’éleves; il ne put se décider à cette longue traversée. Il 
regretta également toujours de n’avoir pas osé entreprendre le 
voyage de Grèce. 
En 1916, au mois de juillet, surmené par cet effort surhumain, 
Rodin, frappé soudain par la maladie, devait s’aliter. Il se 
remettait peu à peu, mais il renonçait à tout travail et se consa 
crait uniquement, avec la collaboration étroite du mandataire 
qu’il s’était choisi pour la gestion trop lourde de son patrimoine 
artistique, à l’accomplissement de son dernier rêve: l’achèvement 
de ses travaux, la réalisation de l’ensemble de son œuvre et 
l’organisation de ce musée Rodin, dont il avait fait si généreuse 
ment don à la France, avec toutes ses collections d’antiques, son 
domaine de Meudon, ses droits d’auteur, dans un but d’ensei 
gnement. L’acceptation définitive par le Parlement fut ratifiée par
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.