Full text: Französische Kunst des XIX. und XX. Jahrhunderts

5 
sur la sensation individuelle. Mais il avait puisé 
dans l’exemple des Maîtres une science totale de 
la peinture, de ses moyens et de son but. Ce 
grand classique aurait dû faire école. Son influence 
directe s’exerça sur le renouveau de la peinture 
décorative; ses véritables élèves sont Chas- 
sériau et Puvis de Chavanne s. Par eux 
s’opéra la fusion entre les éléments anglo-vénitiens 
et romantiques, qui caractérisent sa manière, et 
la tradition gréco-latine qui reparaît avec tant de 
grandeur et de majesté dans Picardia Nutrix, 
Ste-Geneüiève et Vhémicycle de la Sorbonne. 
Cependant, ses découvertes dans le domaine 
de la couleur que Paul Signac a bien notées, 
n’eurent pas de répercussion immédiate. Ce fut 
Corot, l’esthétique de Corot, peintre de fi 
gures et paysagiste, qui fit école. 
L’esprit révolutionnaire si puissant aux environs 
de 1870, le sentiment du progrès de la science 
et des sociétés modernes, l’horreur des conven 
tions et des contraintes, développèrent chez les 
artistes français, l’aversion pour les doctrines et 
les leçons du passé. A cet état d’esprit dont 
Baudelaire a traduit les nuances dans son article 
sur Guys peintre de la vie moderne, il fallait 
une expression neuve. Du passé, ils ne voulaient
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.