"«s 
**• 
■ 
w » i? 
Abel 
TRUCHET 
RENOIR 
e t 
■ 
sont morts 
' " 
» 
* 
\ 
Le Journal, 6 Décembre iÿi(j 
Tj IntrandigeanUf, du 6 Décembre îgig 
Pourtant, ce travailleur manuel, qui avait du 
une intelligence 
méprisait les idées et qui ne parlait que de 
métier, qui avait commencé par la céramique et 
la porcelaine et qui perpétuait chez nous la tradi 
tion excellente de l’artisan du XV e et du" 
Le Journal, 6 Décembre î ()ig 
Abel Truchet est émouvant et divers 
la nature elle-même qui le 
dominait toujours 
avant qu'il ait su, 
grand Renoir, s’en rendre maître. 
Quelques minutes avant de 
le peintre Renoir demanda 
mourir, 
un crayon; 
l'ayant obtenu, il traça dans le vide, 
d’une main tremblante, 
naire et dit : 
génie, cet artiste d' 
rare, qui 
son 
» 
comme 
» 
et qui Pa repris 
à l’imitation du 
* 
dessin imagi- 
* 
un 
A 
i 
XVI e siècles, faisant de l'art avec de la vérité 
et de grandes œuvres avec la modestie des 
mains, loin de toute prétention cérébrale, 
ce simple geste 
» 
1 
Je fais encore des 
progrès... 
C est un très beau mot de la fin. 
G. de PAWLOWSKI 
maître qui se passionnait pour 
d’empoigner sa palette et 
pinceaux, cet 
Clément VAUTEL 
artiste était, depuis de nombreuses années, à 
peu près impotent. 
Henry ASSEL1N 
• s 
! 
N 
y 
articl 
â 
ceux-ci AU TRUCHET 
V 
le grand 
1 
ous espérons qu apres 
définitivement 
es 
es comme 
A. 
J 
et 
maître 
RENOIR 
seront 
enterres. 
1 
» 
1 
i 
• ?v 
P outrait dédi 
1 Espagnol 
» 
V oyage circulaire 
le a 
1 
9 
Il n’y eut rien de changé 
continua la voix du limon 
couleurs lignes modulations. 
après la pétrissure l’être 
le monde palpita rythmes 
' v > 
i 
Voici d 
le lil 
de trois journées, 
le jet d 
trop d 
onc 
an 
v\ 
N 
d; 
Puis l'oubli 
et 1 homme était pris au piege de son apparence fantôme 
7 . 
1 
eau 
isparu 
DEPUIS IL Y EUT LE RÉALISME 
e graisse 
Nomenclature des catégorie 
Inventaire abimes entre les catégories. 
s 
ou trop peu 
■ 
L ustes d 
e gens inconnus 
IL Y EUT PEINTURE, SCULPTURE, MUSIQUE 
POÉSIE. 
O* 
| 
K N V u G / \ 
sans entrain 
ossifications par les lois 
dulivé dans les principes 
conclusions précoces 
les choses telles qu’elles sont 
i .. _ i 
t 
3k 
t 
cre- 
•i 
£ 
f 
Y 
S 
ou 
ace 
r 
i 
r 
i--'* 
v - 
•11 1 VA 
4- * 
bd 
1 
musique gémit sur l’avant-hier 
poussière des consoles. 
Derrière la façade aux cinq entrées la VIE UNE tout 
silence d’être tout bruit 
f 
* 
» 
* c CVxl Tb' ' jpbju 
la poésie se gave de la 
« - ■■ *» 
xC 
■ 
• ^ 
U 
; d 
O 
N 
*. 
» 
■ 
* 
e verre 
eu 
œi 
2 
»4» 
orme aes cliampignons 
sentimentale de l 
d 
la f 
l autre 
V 
a 
* 
LES CHOSES NE SONT PAS TELLES QU’ELLES SONT 
* / 
microscopiques syntaxe 
a manee qui 
Il y a l’authentique possession conscience hors la raison 
butoir 
pleure entre les disques de gramopliones et les odeurs 
Il n’y a pas des lois, il y a la loi. 
IL N’Y A NI PEINTURE, NI SCULPTURE, NI 
MUSIQUE, NI POÉSIE, ILN’Y A PAS D’ARTISTE 
culinaires, elle s écrie avec vou« oui, mais pourquoi ne 
pas parler plus clairement ne suis-je pas prête à recevoir 
forme de spliere 
biscuits 
1 
contact universel 
n y 
a l’être accumulateur 
V 
* 
es provisions ; je pense aux 
en 
affirmation UNITÉ-DIEU. 
oureuses s élargissent 
au contact des regards tendres 
e polaire héliotrope 
doul 
N° 3 Les fi 
v 
f 
issures 
CREATEUR briseur des limites-dogmes 
création que le créateur n’expliquera jamais — explication 
faute d’équilibre. 
« 
Etoil 
Les hommes s'indignent contre la fatalité 
menace la voix élémentale. 
déjà il y en a qui sont pris aux apparences des 
révélations 
Toujours apparence fantôme 
et nécessairement 
leur paresse 
r 
f, 
occasion 
orcer 
limites 
d 
/ 
or 
epasser ses 
par où pression et destruction réguli 
ans la joie des simulacres symétriques. 
* 
» 
V 
îere 
lois. 
catégories 
d 
i 
renoncement. 
i 
Gabrielle BUFFET. 
Albert GLEIZES. 
' 1 
. I 
t 
i r 
i « 
» 
1 
t 
\ 
» 
% f 
k 
N 
I0 
F 
Pans 
Prix i 
umero 
ranc 
b 
D 
Dépositaire Eugène Figuière 
e c e m 
r e 
1 9 1 9 
« 
de l’Od 
3, PI 
3. 
/ 
eon ; 
» 
M 
I 
! I_ * * 
lit 
»■# t 
uv.. 
V» 
% 
27, Rue Nicolo, Paris-Passy 
S. P. I. 
.i .Ns 
■ 
* 
- \ 
* 
1 
V 
6 
1 
't 
- 
A 
1 
. « 1 
-..Ai, 
... - 
; 
' • tÜVL 
■ 
t 
.. 
1 - 
. 
. 
■ 
. 
> 
» 
2C V V 
■ , 
■ . 
, 
'
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.