Full text: Conference sur Courbet

Autre spectacle: la mer, au Hâvre, à Trouville, à Deauville, les 
années suivantes. Courbet en saisit les multiples aspects; sa fluidité, 
sa transparence, sous le vaste ciel où se perdent les nuages, plutôt 
qui se fondent avec lui. Il contemplera encore la mer, par gros temps, 
à Etretat. 
En 1867, au moment de l’Exposition Universelle, il fait élever, 
dans de plus grandes proportions qu’en 1854, un bâtiment auprès 
du pont de l’Alma. Cent cinquante tableaux, études, esquisses, dessins 
et deux sculptures, y sont réunis. La foule n’y vint pas, contre son 
attente, parce que le gros public fréquente les expositions par sno- 
bisme, et n’apprécie point la peinture pour elle-même: plaisir de 
raffiné, plaisir d’aristocrate, qui laisse au philosophe le soin de tâter 
le pouls d’un pays, l’art étant un reflet de la civilisation. 
Malgré cet échec, c’est pour Courbet l’époque glorieuse, féconde, 
lucrative. Ses œuvres sont entrées dans plusieurs musées, à Lille, à 
Nantes, à Marseille, sans compter les collections particulières à 
Bordeaux et à Lyon, à Bruxelles, à Gand, à Amsterdam, à Londres, 
à Francfort, à Boston. Paris l’emporte. Les initiés racontent qu’un 
oriental fastueux, Khalil Bey a acquis, pour vingt mille francs, prix 
énorme alors, une peinture extraordinaire représentant deux femmes 
nues dormant, et une autre de petites dimensions appelée l’Origime 
du Monde. 
La Remise des chevreuils et la Femme au perroquet, ont un succès 
complet. La Remise gagne tous les suffrages. Quant à la femme nue, 
de formes élancées, qui tient si joliment un perroquet sur ses doigts 
effilés, elle surprend agréablement le public. Les connaisseurs remar- 
quent les modelés: tête, poitrine, ventre, sans artifices d’oppositions, 
ni de contrastes, dans la lumière diffuse également répartie sur l’en- 
semble des chairs, par reflets pénétrant dans les demi-teintes et dans 
les ombres, qui demeurent légères et transparentes. 
Que dire maintenant des jurys? Celui de 1861 décernait à Courbet 
un rappel de seconde médaille. Vous avez entendu, un rappel de la 
médaille de 1849, tandis que des peintres, oubliés depuis longtemps, 
récoltaient maints profits et la considération officielle. À la Belgique 
revint l’honneur de remettre au grand peintre du nu, à l’auteur de 
Ja Source, une première médaille, au Salon de Bruxelles en 1869. Le 
roi Louis II, de Bavière, lui octroie la croix de Chevalier de première 
classe du mérite de Saint-Michel. Corot et Courbet sont les seuls 
Français qui l’aient obtenue. En France, il faut donc suivre le mouve- 
ment? Le ministre des Beaux-Arts décore Courbet, juin 1870, de la 
croix de la légion d’honneur. Courbet refuse avec éclat le ruban 
accordé par le gouvernement impérial. C’était bien à son tour de 
refuser, tout comme son ami Daumier, cette décoration, dont Flaubert 
LI
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.