Full text: Conference sur Courbet

ne voulait plus. La croix de Bavière est à Ornans, c’est le père du peintre 
qui la porte avec son ruban bleu et rose . . . au fond de sa poche, avec 
son couteau de vigneron, ses clés, de la ficelle. 
Avant d’aborder la dernière phase très pénible de la vie de Courbet, 
nous allons extraire de notre portefeuille un papier inédit, relatant 
une scène divertissante dont il fut le héros. 
En ce temps là, il y avait à Ornans deux sociétés de musique rivales, 
la Fanfare et la Chorale, dont les éléments étaient dénommés fanfarons 
et choraux. Or, un jour de liesse, la Chorale donnait un grand concert, 
avec le concours des virtuoses de la Franche-Comté, sous la direction 
de son président-fondateur, Urbain Cuenot, ami intime de Gustave. 
Concert triomphal. Les exécutants ne purent sortir avant dix heures 
et demie du soir. Ils n’avaient pris qu’un repas sommaire dans la 
journée afin d’être bien en forme, se réservant pour le dîner qui leur 
était offert. Les tables étaient prêtes à recevoir les convives affamés 
et assoiffés, le drapeau en velours de la Chorale, avec ses nombreuses 
médailles, resplendissait à la muraille dans un cadre de verdure. Les 
officiers culinaires attendaient le signal. Tout à coup, l’hôtelière, 
Mme Paillot, surgit effarée, se porte au devant de Courbet, membre 
honoraire de la Chorale, et lui dit: «Tout est perdu! M. le Commissaire 
de police, investi d’ordres supérieurs, m’a défendu de servir votre 
dîner, sous peine de voir mon hôtel fermé demain.» 
«Comment? Allons chez le commissaire!» 
Celui-ci répond sèchement qu’il a un ordre à exécuter, et que le 
privilège de manger ce soir à l’hôtel susdit était uniquement reservé 
aux fanfarons. 
Mme Paillot pleurait à chaudes larmes. Toutes les supplications 
furent inutiles, la pauvre femme était à la merci de l’autorité. Courbet 
«boit» l’obstacle, il propose aux amis de faire le dîner dans son atelier 
qui est à cinq cents mètres de la ville. Hourra! 
Chemin faisant, un aubergiste est hélé, réveillé, et, requis de pré- 
parer un repas de quatre vingts couverts. Bigre! On lui donnera un 
coup de main. Des hommes de bonnes volonté vont chercher une 
charrette. D’autres suivent l’hôtelier dans la cave et en sortent un 
tonneau de vin de Vuillafans et une feuillette de bière de Salins. 
Deux chanteurs de la Chorale s’empatent d’une énorme marmite, 
assez semblable à une chaudière de fromagerie, et l’emportent ainsi 
sur l’épaule au moyen d’un manche à balai. Enfin, on va réveiller les 
boulangers. les bouchers, les charcutiers, et en route pour l’atelier 
situé en pleine campagne. 
En 
I?
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.