Full text: Le siège de l'air

9 
Bravo! 
s’écrie Arp, et il a bien raison : il suffisait donc d’ouvrir la porte, de 
provoquer le vide; rien n’y légitimait ces bornes auxquelles l’homme rai 
sonnable avait astreint sa conscience. 
S’ouvrit donc la plus féconde des périodes dont pas un instant ne s’est 
passé sans que Arp ne transcrive, par ses sculptures, ses dessins ou ses 
poèmes, quelqu’une de ces métamorphoses où l’univers situe son vrai 
visage, multiple et insituable. 
Cette gymnastique du poète, si difficile d’apparence à ceux qui se la 
refusent, est finalement la plus simple. Elle n’exige qu’une éthique de 
la souplesse, que cette passivité absolue de la feuille qui dessine le vent, 
de l’eau qui dessine la terre. Elle est proprement naturelle. Ainsi les 
poèmes de Arp peuvent être tous valables, valables jusqu’à la plus brutale 
évidence, parce qu’en toute situation fabuleuse, il est à son aise. Il dit 
que l’homme est un tout petit point, que la pierre a plus de cheveux, 
plus de têtes, plus de maisons, et plus d’oiseaux que lui, et que cela 
est bien. Et le septième jour, il s’assied, pour déchirer le dessin et en 
recoller les morceaux, autrement, afin d’obtenir une autre vérité, car 
dans l’invraisemblable seul résident ses certitudes. 
Au subjectivisme de l’homme, Arp a substitué le subjectivisme du monde. 
La conscience, par lui, devient un gant subtil au siège de l’air. 
Creux comme un œuf. 
Savoir au delà d’apprendre 
Savoir, et apprendre au milieu comme une groseille 
Mangez ce livre et jetez-vous dans l’air. 
alain gheerbrant, paris, décembre 1945.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.