Full text: 4(1922), juin-juillet = Nr. 27 (27)

OASIS 
173 
J'ai traversé les maladies 
Je remâche encor ce goût de Paris triste 
Ou la foule la folle est rongée par la mort 
Hanterai-je toujours des races qui se perdent 
Qui donc me répondra de tout un peuple muet ? 
Bah ! je feins la santé 9 la plus terrible ivresse, 
Dans une ruelle 9 un ravin 
Notre secret est-il muré sous la chaux vive 
Ai-je tué tes souvenirs 
Et vivrai-je toujours 
De mon cœur autrefois as-tu connu la peine ? 
Dans l'ombre 9 fabuleux 9 convoitant les marrons 
J*ai frappé en plein dos celui qui les tira 
Hors du feu ; j*attendais le temps de ta tristesse, 
Me voici 
Faut-il aimer ton corps 9 ton cœur ou ce point 
[faible 
Ou j*ai vu s'emmêler les lignes de ta main ? 
Tu as fondu bel orage a ventre de chimère 
Plein d'éclairs : ta déchirure et la pluie douce, 
J'enfonce 9 j'enfonce 9 adieu liberté des maudits. 
DRIEU LA ROCHELLE
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.